1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : il se voit refuser un gîte en Bretagne car il habite en zone rouge

Un Mulhousien qui voulait louer un gîte en Bretagne cet été a vu le propriétaire des lieux lui refuser la location en apprenant qu'il était originaire d'Alsace.

La Bretagne (illustration)
La Bretagne (illustration) Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

"C'est de la discrimination." Originaire de Mulhouse, il voulait louer un gîte en Bretagne cet été. Mais le propriétaire des lieux a refusé la location en apprenant qu'il était originaire d'Alsace, région classée en rouge en raison de l'épidémie de coronavirus.

"J'avais fait un voyage dans le cadre de mon travail en forêt de Brocéliande et j'avais beaucoup aimé le coin, j'avais envie de faire découvrir les lieux à des proches", explique Jacques Lindecker, qui a raconté ses déboires au journal L'Alsace et à France Bleu.

"J'avais donc trouvé une location, un gîte charmant dans le petit village de Saint-Guyomard (Morbihan). J'ai appelé le propriétaire et on a eu un super contact, franc, direct, très bien", poursuit l'alsacien, romancier et chroniqueur littéraire. "Mais quand je lui ai envoyé ensuite un mail de confirmation, je lui ai dit comme un sourire qu'entre Alsaciens et Bretons nous avions des liens et que j'étais ravi de venir découvrir sa région", a-t-il ajouté.

Zone rouge

C'est en apprenant que le locataire est originaire d'Alsace que le propriétaire breton réagit. "Il m'a répondu qu'après discussion avec sa femme, comme on habite en zone rouge, il ne souhaitait plus donner suite à ma demande, que ça représentait un danger pour ses enfants et que la sécurité de leur famille et des familles occupant leur gîte était une priorité", se désole le vacancier.

À lire aussi
Le président américain Donald Trump, le 18 mai 2019. coronavirus
Coronavirus : Trump assure qu'un vaccin ou un traitement sera disponible avant la fin de l'année

"C'est de la discrimination, du délit de faciès, presque du racisme... Cela me gêne beaucoup cette peur qui part dans des délires, ça devient contre-productif, ça nous sépare", regrette-t-il encore. Jacques Lindecker tient toutefois à "ne pas généraliser" et cet habitué de la Bretagne a trouvé sans difficultés une autre location.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Bretagne Vacances
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants