2 min de lecture Économie

Coronavirus : "Amazon aujourd'hui nous ment", lâche Laurent Berger sur RTL

INVITE RTL - Le leader syndical demande à ce que les salariés qui travaillent toujours soient protégés face au virus par du matériel, une organisation ou un arrêt de l'activité.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
"Il faut que les gens soient protégés", dit Laurent Berger Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date :
La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Toute la France n'est pas à l'arrêt avec le confinement. Certains secteurs comme la grande distribution ou la santé sont très fortement pressurisés. D'autres secteurs comme la construction ou certaines industries veulent reprendre l'activité pour éviter de s'enliser dans la crise économique. De quoi inquiéter les consommateurs et les salariés qui ne cessent de réclamer plus de mesures de protection et un confinement strict si ces protections ne peuvent être garanties. 

Pour évoquer ces questions très sensibles, le gouvernement et le président de la République ont dialogué avec les représentants syndicaux pour évaluer la situation. "Ce dont on a besoin aujourd'hui c'est des protections accrues, un soutien sans faille aux soignants. Et ceux qui exercent une activité primordiale doivent être protégés. Je ne doute pas de la bonne volonté d'entreprises comme PSA [qui veulent faire reprendre l'activité, ndlr] mais franchement ce n'est pas vraiment la priorité aujourd'hui, juge Laurent Berger au micro de RTL. Pour reprendre le terme des organisations syndicales de PSA c'est 'effectivement prématuré'".

60 heures par semaine c'est juste pas possible

Laurent Berger
Partager la citation

Plusieurs dispositions ont été prises par le gouvernement pour permettre une flexibilité sans précédent de l'activité professionnelle. "Sur le temps de travail, les ordonnances ont été prises. J'ai saisi la ministre du Travail immédiatement pour lui dire que c'était totalement inenvisageable dans des secteurs même prioritaires comme l'alimentaire. 60 heures par semaine c'est juste pas possible, a expliqué le secrétaire général de la CFDT. Il nous a été répondu que ça ne sera mis en place que sur des activités extrêmement spécifiques comme la fabrication des masques et pour une durée très courte".

"Ce qui me paraît essentiel c'est la protection de ceux qui travaillent, continue Laurent Berger Là dessus on ne doit pas avoir la main qui tremble. Amazon aujourd'hui nous ment. Il y a des cas de maladie, il y a une intensification du travail, il y a des mesures très faibles qui ont été prises en terme de sécurité. Il faut le dire. Les entreprises qui jouent le jeu il faut le signaler, et celles qui ne jouent pas le jeu il faut le dire et il faut des actions fortes pour limiter leurs activités." 

À lire aussi
Aliments dans un caddie de supermarché (illustration) consommation
Coronavirus : le chiffre d'affaires des supermarchés en forte baisse

Le leader syndical réclame que le sacrifice de nombreux salariés dans la grande distribution, les déchets, le transport, le social... cesse. "Il faut que les gens soient protégés. Dans un certain nombre d'enseignes, ça a été mal géré. On revendique qu'il y ait un accès prioritaire pour les équipements de protection individuels (masque, gel...), y compris pour la sous-traitance ; un agent de sécurité est décédé ! Il faut un jour de fermeture par semaine pour le repos, une mise en rayon pendant la fermeture et une réorganisation totale du travail pour permettre la distanciation sociale." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Coronavirus Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants