1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. COP21 : François Hollande et Manuel Valls condamnent les incidents place de la République
1 min de lecture

COP21 : François Hollande et Manuel Valls condamnent les incidents place de la République

Le président a dénoncé l'action "scandaleuse" d'"éléments perturbateurs" après les heurts entre la police et des radicaux en marge de la COP21.

François Hollande le 29 novembre 2015.
François Hollande le 29 novembre 2015.
Crédit : THIERRY CHARLIER / AFP
Marine Cluet & AFP

À la veille du coup d'envoi de la COP21 au Bourget, les policiers ont procédé ce dimanche 29 novembre à la mi-journée à 100 interpellations place de la République après des échaffourées avec des manifestants. "Ce sont des petits groupes violents qui s'en sont pris aux forces de l'ordre avec des projectiles" comme des "bougies" ou "une boule de pétanque", a indiqué le préfet de police de Paris, précisant que personne parmi les manifestants ou les policiers n'avait été blessé.

Des incidents dénoncés un peu plus tard par François Hollande. "Nous savions qu'il y avait des éléments perturbateurs qui n'ont rien à voir d'ailleurs avec les défenseurs de l'environnement", a déclaré le chef de l'Etat français à Bruxelles, en marge d'un sommet de l'Union européenne avec la Turquie, dénonçant des incidents "regrettables, j'allais dire même scandaleux".

Respecter la mémoire des victimes des attentats

"Ces invidus n'ont pas leur place et tout sera fait pour les écarter", a averti le président, faisant valoir que "c'est pourquoi ces manifestations ne sont pas autorisées" et "qu'il y avait eu des assignations à résidence". "C'est doublement regrettable, j'allais dire même scandaleux, place de la République, là où il y a toutes ces fleurs qui sont déposées, ces bougies en mémoire de ceux qui sont tombés sous les balles des terroristes" le 13 novembre, a-t-il poursuivi.

Manuel Valls a également condamné ces actes de violences. "Les violences contre les forces de l'ordre place de la République sont indignes. Respecter ce lieu, c'est respecter la mémoire des victimes", a écrit le Premier ministre sur Twitter.

À lire aussi

De son côté, la députée EELV de Paris Cécile Duflot a estimé sur France 5 que les "casseurs" qui avaient participé à ces échauffourées "n'(avaient) rien à voir avec l'écologie et la COP21". "On essaye de caricaturer ou salir l'image des écologistes", a regretté la co-présidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale. "L'immense majorité des écologistes sont pacifistes, l'écologie est non-violente", a-t-elle martelé.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire