1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Confinement : plus de 200 stations service pourraient faire faillite
3 min de lecture

Confinement : plus de 200 stations service pourraient faire faillite

Les exploitants de station essence alertent sur leur situation et réclament une aide du gouvernement.

Des pompes à essence dans une station service (illustration)
Des pompes à essence dans une station service (illustration)
Confinement : plus de 200 stations service pourraient faire faillite
00:03:31
Martial You - édité par Camille Sarazin

Le gros coup de pompe de nos stations services. Les professionnels demandent l’aide du gouvernement car le coronavirus pourrait s’avérer catastrophique pour ce secteur.

Le CNPA, qui représente notamment les exploitants de stations essence, a fait un état des lieux dans ses rangs : 4% des propriétaires de station service estiment qu’ils auront fait faillite avant le déconfinement lundi 11 mai. 4%, c’est quand même plus de 200 établissements indépendants.

À moyen terme, ce sont un tiers des stations qui sont menacées. Ce n’est pas la baisse du cours du pétrole qui explique ces difficultés. C’est le paradoxe du pompiste confiné. Une station service gagne un centime par litre d’essence vendu, quelque soit le prix du carburant. Donc quand ça baisse, les gens font moins attention, roulent plus et c’est bon pour le commerce. Cela fait dix semaines que le prix du carburant chute, mais le problème c’est que personne ne roule.

Cette baisse ne profite donc à personne, sauf à ceux qui font remplir leur cuve de fuel. C’est le moment, c’est incontestable. Mais pour les pompistes, le confinement a provoqué une chute des volumes de 70 à 85% en fonction des stations.

Cela fait des années qu’on annonce la disparition des pompes à essence, ça date pas du coronavirus. Mais comme pour le Covid-19, la pandémie est encore plus meurtrière quand elle s’attaque à une personne déjà malade ou fragile.

4.000 pompistes indépendants

Il y a 11.200 stations services dans le pays, 5.300 sont gérées par les grandes surfaces, ce qui représente 62% de la vente de carburant dans le pays. C’est eux les leaders, leur nombre augmente un peu plus chaque année. Vous avez ensuite 5.900 stations traditionnelles, là-dedans, il y a un tiers qui sont détenues directement par les grands groupes pétroliers. Pas de problème pour elles, donc. Reste 4.000 stations indépendantes, dont plus de la moitié en zone rurale et, elles, sont fragilisées.

C’est parfois le dernier commerce de proximité, elles sont restées ouvertes pendant le confinement. Mais le modèle des stations services est très particulier : c’est un service qui ne rapporte pas grand chose et qui vit grâce aux activités annexes. Surtout en milieu rural. Beaucoup de stations sont adossées à un bar-restaurant. Et c’est fermé en ce moment. Beaucoup sont gérées par un garagiste : également fermé en ce moment. Beaucoup gagnent de l’argent grâce à la station de lavage : fermée.

L'État devrait leur venir en aide

Elisabeth Borne, la ministre des Transports, a quand même indiqué la semaine dernière qu’il fallait sauver ce commerce de proximité. C’est ce qui donne de l’espoir aux pompistes, c’est vrai que la station service est un peu l’image de la France éternelle, celle des Trente Glorieuses. Au moment de krach pétrolier, en 1979, il y avait encore une pompe par village. 40.000 stations pour 36.000 communes.

Et puis il y a eu la crise économique et la montée en puissance des grandes surfaces sur ce marché, aujourd’hui, il n’y a plus que 11.900 stations et on en perd 200 par an. Beaucoup de gérants sont les enfants justement des Trente Glorieuses, ils ont 50 ans de moyenne d’âge et ils ferment boutique faute de repreneur.

Il y a des chances que le gouvernement va sûrement les aider, via une aide à la trésorerie pour commencer. Mais en réalité, un peu comme pour le secteur automobile, la crise actuelle si elle est bien gérée peut permettre d’accélérer la transition énergétique. Si on nous incite à changer de voiture pour un modèle électrique ou hybride, et c’est ce qui se profile, il faudra aussi des bornes de recharge rapide, des pompes hydrogènes. Bref, un maillage du territoire pour utiliser ces modèles propres. Les stations service sont partout sur le territoire et n'attendent qu’une aide aux investissement pour reprendre leur revanche sur le Covid.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.