2 min de lecture Réfugiés

Comment se passe l'accueil des femmes et des enfants yezidis en France ?

REPORTAGE - En 2018, Emmanuel Macron recevait la prix Nobel de la paix, Nadia Murad. Il lui promettait d’accueillir 100 veuves de la communauté yezidie en France. Comment se passe leur l'intégration ?

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Comment se passe l'accueil des femmes et des enfants yezidis en France ? Crédit Image : SAFIN HAMED / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Sina Mir édité par Thomas Pierre

Il y a un an, Emmanuel Macron recevait à l’Elysée la prix Nobel de la paix Nadia Murad, qui  fut elle-même esclave de Daesh en Irak. Il lui promettait d’accueillir 100 veuves de sa communauté, la communauté yezidie, en France dans l’année. Pour rappel, les Yezidis sont une communauté minoritaire persécutée de longue date dans les régions du Kurdistan et de l'Irak, et une cible en particulier pour Daesh. 

L'engagement du président de la République a-t-il été bien respecté ? Quasiment. 76 femmes et leurs enfants, 368 Yezidis ont pour le moment été accueillis. Une dernière vague de victimes de l’Etat islamique doit encore arriver mi-novembre d’Irak. On atteindra alors l’engagement du président.

Pour ceux qui sont déjà arrivées, cela se passe relativement bien, même si pour des raisons de tranquillité et surtout de sécurité, nous ne vous dirons pas exactement où nous sommes allés rencontrer certains de ces réfugiés, ni leur nom. En tout cas, il s'agit d'une petite commune rurale du centre de la France. Pas très loin du Puy-en-Velay, les 5.000 habitants sont tous au courant, bien sûr, de cette arrivée. 

Des leçons de français en arrivant

L’intégration commence évidemment par des notions de français. C’est notamment la mission de Rémi, en service civique à 24 ans, pour le plus grand bonheur de ces mamans.
"C'est un peu compliqué le français", dit dans sa langue l'une d'entre elles, "mais je me sens bien, je me sens heureuse ici. Nous avons pu fuir cette guerre folle et sauver nos enfants de l'État islamique". 

"Je travaille avec ces personnes-là et les enfants kurdes, yezidis depuis quatre mois", précise Rémi. "Elles ne savaient pas trop à quoi s'attendre quand elles sont arrivées (...) Elles ne savaient pas lire. On peut considérer qu'elles étaient analphabètes pour la plupart, et maintenant on les voit avec le stylo, écrire petit à petit", raconte-t-il. "Il faut du caractère pour commencer une nouvelle vie. Et elles sont très très fortes. Je les admire beaucoup pour ça (...). Et les enfants sont aussi géniaux parce qu'ils apprennent à une vitesse...", s’enthousiasme-t-il. 

À lire aussi
Des familles yazidis se reposent le 13 août après avoir traversé la frontière avec la Syrie Irak
31 femmes yazidies et leurs enfants, victimes de l'EI en Irak, sont arrivés en France

Dans l’école du village justement, les enfants yézidis sont mélangés avec tous les autres élèves dès l’âge de 5 ans. Les instituteurs, comme José, font de leur mieux. "Je les prends à part deux fois trois quarts d'heure par jour. Et on a en plus des enseignants qui viennent nous prêter main forte", assure encore ce professeur des écoles. "Je remarque qu'ils avancent très vite. (...) Je pense qu'on est sur le chemin de la réussite".

Une vraie tradition d’accueil

On a l’impression d’un conte de fée. Cela peut surprendre, mais aucun émoi ou de protestation n'a été constaté depuis l’arrivée de ces réfugiés dans le village, même si cela a pu arriver dans d’autres villes d’accueil en France. Lorsqu’on discute avec les parents à la sortie de l’école, même s’ils ne connaissaient pas cette communauté, tous ont compris le parcours difficile de ces familles. 

Il y a en plus, dans cette petite commune rurale, une vraie tradition d’accueil due à son histoire industrielle. Et c’est aussi une aubaine concrète à écouter, monsieur le maire.
"Dans ma commune, vous avez grosso modo le double de décès par rapport aux naissances", dit-il. Une classe en plus a ainsi été ouverte au collège de ce village grâce à l’accueil de ces familles yézidies. De quoi redonner aussi une nouvelle jeunesse à certaines communes rurales. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Reportage Irak
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants