1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Comment sauver les régimes de retraites complémentaires ?
3 min de lecture

Comment sauver les régimes de retraites complémentaires ?

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Illustration de la réforme des retraites
Illustration de la réforme des retraites
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Les auditeurs du 05/03/2015
32:16

Comment sauver les régimes de retraites complémentaires ?

La baisse des pensions de réversion, piste controversée du Medef pour rééquilibrer les régimes de retraites complémentaires Agirc-Arrco, pourrait rapporter de 100 à 300 millions d'euros d'ici à 2020, selon des projections commandées par le Medef.

Ces projections chiffrées, établies par les services de l'Agirc-Arrco à la demande du Medef, ont été dévoilées il y a une dizaine de jours aux syndicats dans le cadre de la difficile négociation ouverte début février pour sauver l'Agirc-Arrco. 
   
Parmi différentes mesures visant à faire 7 milliards d'économies à horizon 2020, le patronat propose notamment, pour les couples de retraités mariés, la possibilité de maintenir à 60% le taux actuel de réversion après le décès d'un conjoint, à une condition: le défunt ou la défunte aura accepté, au moment de son départ à la retraite, de ne percevoir de son vivant qu'une retraite minorée. 
   
Si le retraité refuse cette option, il pourra conserver la totalité de sa pension complémentaire. Dans ce cas, sa veuve (ou son veuf) touchera une pension de réversion à un taux inférieur à 60%. 
   
Autre solution proposée pour renflouer les caisses: un report de l'âge auquel le salarié peut toucher sa retraite complémentaire (actuellement de 62 ans), à travers des décôtes temporaires et dégressives en fonction de l'âge atteint. 

Le déficit de l'Agirc atteignait 1,24 milliard d'euros en 2013, celui  de l'Arrco, 405 millions. 
   

Comment sauver les régimes de retraites complémentaires ?

Invités du débat de RTL Midi : Eric Aubin, secrétaire confédéral de la CGT en charge des retraites et Geneviève Roy, vice-présidente de la CGPME chargée des affaires sociales.

La rédaction vous recommande

La France doit-elle être candidate de l'Exposition universelle de 2025 ?

Jean-Christophe Fromantin (UDI), maire de Neuilly depuis 2008 et président de PARISEXPO2025, présente aujourd'hui à la Fondation Louis Vuiton, à Paris, les grandes lignes du projet de candidature de la France à l'organisation de l'Exposition universelle 2025, en compagnie du ministre de l'Économie, Emmanuel Macron.

Le député de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine était l'invité de RTL ce matin. Il pense que la France peut combiner les candidatures aux JO 2024 et à l'Exposition universelle 2025.

Jean-Christophe Fromantin a en tête des projets pour faire resplendir la France en rappelant que la tour Eiffel a été construite grâce à l'Exposition universelle de 1900, sans que cela coûte au contribuable. 

"Pour moi, l'Exposition universelle s'anime comme un projet d'entreprise, comme une start-up, affirme-t-il. Je ne veux pas d'argent public. Faisons quelques grands monuments. Le monument central vaut 500 millions d'euros, je n'ai aucun souci pour trouver cet argent car ce sera une telle vitrine du XXIe siècle que les entreprises du monde entier voudront y contribuer."

La France doit-elle être candidate de l'Exposition universelle de 2025 La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Sondage
La France doit-elle être candidate de l'Exposition universelle de 2025 ?*
La rédaction vous recommande

La maladie d'Alzheimer au coeur d'un procès douloureux

Une ex-professeur de français de 60 ans comparaît à partir d'aujourd'hui devant les assises de l'Hérault pour "tentatives d'assassinat" : elle explique qu'elle ne supportait plus la déchéance de sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer: 

Le 25 avril 2009, Raymonde Colin, 87 ans, était découverte grièvement blessée à son domicile, à Montpellier, par son infirmier, baignant dans une mare de sang, des plaies au niveau du cou et de la poitrine. 

Très vite, l'enquête avait mis en cause Bernadette, la deuxième des trois filles de la famille, une enseignante du Lycée Charles-de-Gaulle à Poissy. L'intéressée expliquait avoir voulu "couper le fil du malheur" de sa mère, atteinte de cette maladie dégénérative depuis "de nombreuses années". 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/