1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Comment les hommes du Raid ont protégé les otages d'Amedy Coulibaly dans l'épicerie casher
2 min de lecture

Comment les hommes du Raid ont protégé les otages d'Amedy Coulibaly dans l'épicerie casher

INVITÉS RTL - Les patrons du Raid et du GIGN ont raconté les ressorts du double assaut mené à Dammartin et porte de Vincennes aux côtés des chefs des équipes en intervention vendredi 9 janvier.

Les forces de l'ordre française devant l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes après la prise d'otages par Amedy Coulibaly le 9 janvier 2015.
Les forces de l'ordre française devant l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes après la prise d'otages par Amedy Coulibaly le 9 janvier 2015.
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Le double assaut à Dammartin et porte de Vincennes raconté par les hommes du Raid et du GIGN
36:16
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Tout le long de la double intervention menée vendredi 9 janvier à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, et porte de Vincennes, à Paris, les hommes du Raid et du GIGN n'ont jamais perdu à l'esprit quelle était leur priorité : la sécurité des otages

Dans la supérette casher de l'est parisien, où la situation était jugée prioritaire du fait de la présence de 19 otages, les forces de l'ordre ont dû "hâter de quelques minutes" leur assaut puisque, peu après 16h50 à Dammartin, les frères Kouachi sont sortis en trombe de l'imprimerie où ils étaient retranchés en ouvrant le feu. 

"On s'était préparés à l'assaut, explique Hubert Bonneau, patron du GIGN, invité d'une émission spéciale consacrée aux hommes du Raid et du GIGN qui ont mené le double assaut à Dammartin et porte de Vincennes. Ça nous a permis de faire quelque chose de quasi-concomitant. Nos plans étaient déjà échafaudés".  

Déborder le preneur d'otages

Vers 17h10, des artificiers du Raid font exploser la porte de secours de l'Hyper Cacher. Les hommes de la BRI constituent un premier front. Dans le même temps, les hommes du Raid pénètrent par l'entrée principale en ouvrant le rideau métallique à l'aide du double des clés fourni par Lassana Bathily. Un policier se rue dans le magasin pour sécuriser les otages. Il essuie alors une salve de balles de kalachnikovs tirée par le terroriste, comme on le voit dans la vidéo tournée par France Télévisions.

À lire aussi

Attention, les images de l'assaut peuvent heurter les personnes sensibles.


Exclusif France 2 : les images du face-à-face... par francetvinfo

"Cet homme n'a pas été spécialement désigné, explique le commandant Éric (son nom a été volontairement modifié) qui a piloté l'intervention. Mais l'une des méthodes d'assaut est d'écarter les cibles et d'attirer le feu sur nous. Le preneur d'otages est déjà débordé psychologiquement par les méthodes que l'on met en oeuvre et que je ne peux pas développer ici. Il se retrouve avec des gens qui pénètrent dans le magasin et doit choisir une option. Ce qui permet aux autres d'opérer", explique-t-il, précisant que le policier blessé aux membres inférieurs "va bien".

Une priorité intégrée par les équipes d'intervention

"Il faut imaginer, continue-t-il. Les images sont parlantes. Il y a le feu nourri qui accueille les équipes d'assaut. Malgré ça, les opérateurs, y compris le collègue cité, pénètrent sous les balles de kalachnikovs en faisant un véritable don d'eux-mêmes. C'est quelque chose d'intégré pendant les entraînements. La seule raison est de sauver la vie des otages. D'attirer l'attention sur nous pour aller les chercher", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/