1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Collège : les éternelles réformes

Collège : les éternelles réformes

REPLAY - La réforme du collège de la ministre de l'Éducation Najat Vallaud Belkacem a défrayé la chronique. Retour sur la difficile mise en place du collège unique, avec la sociologue de l'éducation Nathalie Mons.

Une vidéo pédagogique, réalisée par Luc Hermann et Paul Moreira, sera diffusée dans les établissements scolaires afin de lutter contre les théories du complot.
Une vidéo pédagogique, réalisée par Luc Hermann et Paul Moreira, sera diffusée dans les établissements scolaires afin de lutter contre les théories du complot.
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Collège : les éternelles réformes
02:29

20 mai 2015 : malgré la contestation, le gouvernement publie le décret de la réforme du collège. Langues anciennes, autonomie, interdisciplinarité : la réforme est supposée réduire les inégalités entre les élèves.

Depuis le début du XXème siècle, la réforme de l'éducation - et notamment de ce qui ne s'appelle pas encore collège - agite les milieux politiques et intellectuels. À l'époque, coexistent en France deux systèmes d'enseignements : un réservé aux élites et un autre pour le peuple.

À la fin de la Première Guerre mondiale déjà, le concept de "collège unique" apparaît en France. "On a pu constater que tous les soldats, quelle que soit leur classe sociale, se sont retrouvés ensemble dans les tranchées. Certains intellectuels vont demandent que tous les élèves se retrouvent sur les mêmes bancs de l'école", explique Nathalie Mons, sociologue de l'éducation à l'université de Cergy-Pontoise.

Malgré des tentatives de réforme sous le Front populaire et sous le Général de Gaulle, il faut attendre 1975 pour que soit enfin créé le "collège unique". La réforme Haby, du nom du ministre de l'éducation de Valéry Giscard d'Estaing, supprime alors les trois filières qui orientaient les élèves.

À lire aussi

"Il faut développer des établissements communs et des classes où les élèves, quel que soit leur milieu, vont pouvoir se mélanger et acquérir un savoir minimum, car ça va être le socle de la société", note Nathalie Mons.

Les critiques fusent. On accuse le gouvernement de vouloir abaisser le niveau. Les professeurs ont du mal à gérer des classes non homogènes. "On arrive bien à mélanger en 6ème et 5ème. Mais il y a en 4ème un palier d'orientation et des filières qui demeurent jusque dans les années 90", raconte la sociologue.

Ainsi, 20% des collégiens seront encore orientés vers des classes techniques. Les professeurs contourneront pendant des années le "collège unique" en multipliant les redoublements.
(Mis en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/