3 min de lecture Chômage

Chômage : juin sera-t-il synonyme d'un nouveau record ?

Pôle Emploi dévoile ce lundi à 18h les chiffres du chômage du mois de juin.

Une agence Pôle Emploi à Armentières (Nord) le 27 août 2014 (illustration).
Une agence Pôle Emploi à Armentières (Nord) le 27 août 2014 (illustration).
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

À quelques heures de la publication des chiffres du mois de juin par Pôle Emploi, les spéculations sur le nombre de chômeurs vont bon train. Malgré le rebond de croissance enregistré au premier trimestre (+0,6%), le chômage a continué d'augmenter ces quatre derniers mois et l'ampleur de la hausse de mai n'incite pas à l'optimisme. En tout, Pôle emploi recensait fin mai 3,55 millions de chômeurs en métropole et 5,72 millions Outre-mer et activité comprises, deux records.

Des chiffres pas "interprétables" pour le gouvernement, car ils sont entachés d'un "événement inhabituel", l'envoi de deux messages de relance supplémentaires aux chômeurs, par SMS et message vocal, afin de leur rappeler de penser à "actualiser" leur situation auprès de Pôle emploi. Cet anomalie aurait abouti à doubler l'ampleur de la hausse, selon le ministère du Travail.

Actifs, mais précaires

Le ministre François Rebsamen, qui juge que les listes de Pôle emploi ne sont "pas l'outil statistique le plus fiable", a repéré une autre anomalie : la hausse "atypique, presque incompréhensible," des demandeurs d'emploi exerçant une activité. Depuis le début d'année, les inscrits en catégorie C, qui travaillent plus de 78 heures dans le mois, a augmenté de 11,9%, alors que les autres catégories n'ont augmenté que de 1,8%.

"Plus notable encore, la proportion de personnes positionnées en catégorie C travaillant à temps plein atteint 35% sur les 12 derniers mois", note le ministre, qui a demandé à l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas) d'enquêter. Selon les économistes, la regain d'activité s'accompagne souvent, dans un premier temps, d'une recrudescence de contrats temporaires et/ou à temps partiel.

Hollande sous pression

À lire aussi
Une salariée en chômage partiel pendant la crise du coronavirus (illustration) emploi
Coronavirus : pourquoi le chômage partiel était indispensable pour l'économie

Pour l'heure, la croissance est "trop faible", de l'aveu même de François Hollande, pour faire reculer le chômage. Le Produit intérieur brut (PIB) devrait augmenter de 1,2% en 2015, selon l'Insee. C'est nettement plus que les trois années précédentes, mais encore en-deçà du seuil de 1,5% nécessaire, selon les économistes, pour faire baisser le chômage.

Depuis son élection en 2012, François Hollande n'a connu que quatre mois de baisse du chômage. En trois ans, 629.000 chômeurs supplémentaires se sont inscrits à Pôle emploi. Et Le temps presse pour le président. D'ici à 2017, "s'il n'y a pas de baisse du chômage, je l'ai dit plusieurs fois, je ne serai pas candidat" à un second mandat, a-t-il assuré lors de son interview du 14 juillet. Cette urgence de relancer l'emploi s'est ressentie, ces derniers mois, dans le rythme des réformes.

La loi Macron pour la croissance et l'activité et la loi Rebsamen sur le dialogue social, censées déverrouiller l'économie et les embauches, ont alimenté en juillet la session extraordinaire du Parlement. Pour s'éviter de mauvaises surprises, le gouvernement a même utilisé à trois reprises l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la loi Macron sans vote. Et les décrets de ses 308 articles seront "pris pour l'été", a promis le président.

Une "baisse effective" attendue pour 2015

Selon François Rebsamen, ces efforts devraient payer dans les prochains mois. "À la fin de cette année, il y aura une baisse effective du nombre des demandeurs d'emploi", a-t-il récemment prédit. Le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen (PS) a prédit ce lundi "une tendance à l'inversion de la courbe du chômage" qui va selon lui "s'installer dans les mois qui viennent". "Tous les indices économiques laissent à penser que la croissance est là et qu’il y a un nouveau démarrage de l’emploi", a-t-il affirmé sur iTELE

Une prévision confortée par l'Unédic, qui anticipait, avant les chiffres de mai, une baisse de 23.000 chômeurs d'ici à la fin de l'année, et par l'OCDE, qui voyait le chômage baisser légèrement à partir du deuxième semestre. Pour l'Insee, en revanche, le taux de chômage devrait augmenter de 0,1 point au deuxième trimestre pour atteindre 10,1% en métropole, avant de se stabiliser jusqu'à la fin de l'année.



La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Pôle emploi Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants