1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Calais : Xavier Bertrand demande l'intervention de l'armée
2 min de lecture

Calais : Xavier Bertrand demande l'intervention de l'armée

Le président Les Républicains de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie estime que les forces de l'ordre ont besoin de renforts. De nombreux migrants se rendent à Calais pour tenter de passer en Angleterre.

Le maire Les Républicains de Saint-Quentin Xavier Bertrand le 18 juin 2015.
Le maire Les Républicains de Saint-Quentin Xavier Bertrand le 18 juin 2015.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Nicolas Ledain & AFP

Les forces de l'ordre sont "à bout", selon Xavier Bertrand. Avec l'afflux important de réfugiés en Europe ces derniers mois, la ville de Calais est devenue un lieu très prisé par ceux qui tentent de passer en Angleterre. Des affrontements avec la police se sont produits à de nombreuses reprises ces derniers mois, principalement à proximité des zones permettant de passer au Royaume-Uni. Au dernier décompte préfectoral, entre 3.800 et 4.200 réfugiés vivaient dans le bidonville de la "Jungle", dans des habitations de fortune et des conditions sanitaires déplorables. Ils étaient encore 6.000 en octobre. 

Les derniers jours ont été particulièrement tendus sur place, des militants solidaires des migrants ont posté une vidéo où l'on voit des bombes lacrymogènes pleuvoir sur le camp. Les forces de l'ordre sont notamment intervenues car des réfugiés avaient crée un embouteillage sur la rocade pour arrêter les camions et se dissimuler à l'intérieur dans l'espoir de traverser la Manche.

Un jour, on va avoir un drame

Xavier Bertrand

Une situation extrême et impossible pour les agents, selon le nouveau président de région dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie qui a réclamé dimanche 10 janvier sur France 5 que l'armée vienne en soutien aux forces de l'ordre. Ce n'est pas la première fois que Xavier Bertrand estime nécessaire de déployer des forces militaires dans la ville, il avait souvent évoqué ce besoin lors de la campagne des régionales. Il a également tenté de lancer l'alerte sur cette situation en déclarant : "Un jour, on va avoir un drame".  

L'ancien ministre a aussi plaidé pour que "la réponse de la justice soit plus forte" en cas d'exaction contre les forces de l'ordre, et que "ceux qui ne respectent pas la loi soient reconduits à la frontière". En plus des affrontements avec la police, des biens de riverains ont parfois été endommagés. Le président de région a d'ailleurs rappelé l'exaspération des calaisiens dans ce climat de guerre civile.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/