1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "C'est plus des enveloppes qu'on demande, mais des réformes ", prévient Thomas Diemer
1 min de lecture

"C'est plus des enveloppes qu'on demande, mais des réformes ", prévient Thomas Diemer

REPLAY - Le président des Jeunes Agriculteurs était l'invité de RTL Midi le 2 février 2016.

Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Vincent Parizot et Christelle Rebiere
Crédit : Elodie Grégoire
Thomas Diemer, président des jeunes Agriculteurs
05:25
Vincent Parizot & Christelle Rebière & La rédaction numérique de RTL

La mobilisation des agriculteurs prend de l'ampleur depuis une semaine. Les éleveurs ont multiplié les actions le 2 février pour en faire un "mardi noir" et alerter l'opinion sur leur détresse. Face à la grogne du monde paysan, le président de la République a reçu le président de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs (JA) à l'Élysée le 2 février en fin de matinée, en compagnie de son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

"Notre premier objectif, c'était de lui rendre compte de l'état de désespérance des agriculteurs.", explique Thomas Diemer, président des Jeunes Agriculteurs. Venu dans les studios de RTL quelques heures cette réunion, le représentant des JA a confié que François Hollande "était conscient de la situation", mais qu'il était peut-être nécessaire de lui rappeler sa gravité.

Des réponses nationales et européennes

Si Stéphane Le Foll a annoncé 290 millions d'euros supplémentaires pour les agriculteurs mardi 26 janvier, ces mesures ne suffisent plus pour le représentant des éleveurs en colère. "C'est plus des enveloppes qu'on demande, mais des réformes sur le fond", prévient Thomas Diemer. Le gouvernement de Manuel Valls a les moyens de soulager le monde agricole, notamment en allégeant "toutes les réglementations qu'on nous imposent et qui pèsent sur nos exploitations".

Le président des Jeunes Agriculteurs reconnaît cependant que le rôle de l'Union européenne est central pour sauver les agriculteurs français. "L'avenir se joue à tous les niveaux", commence-t-il avant de souligner le combat qu'il mène pour la traçabilité des produits de la filière de l'élevage à Bruxelles. "Mais on ne peut pas imposer la traçabilité dans les produits transformés", désole le président du syndicat des Jeunes Agriculteurs.

À lire aussi

Tout comme Xavier Beulin, le président de la FNSEA, Thomas Diemer ne demande pas aux agriculteurs mobilisés de rentrer chez eux. "Je comprends qu'il y ait de la colère", souligne-t-il avant d'ajouter : "moi je pense que le compte n'y ait pas et je comprends les agriculteurs qui sont en action."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/