1 min de lecture Nucléaire

Bure : l'État veut éviter un nouveau Notre-Dame-des-Landes

Le gouvernement va annoncer ce mercredi 7 mars une grande concertation au sujet des déchets nucléaires et de l'avenir du site de Bure, dans la Meuse.

Virginie Garin C'est notre Planète Virginie Garin
>
Bure : l'État veut éviter un nouveau Notre-Dame-des-Landes Crédit Image : AFP / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Loïc Farge

Cela ne va pas être simple. Sébastien Lecornu, le secrétaire d'État chargé du nucléaire, va réunir ce mercredi 7 mars après-midi les élus.

Il y aura des parlementaires et les maires de la Meuse concernés par ce site de Bure où doivent être enfouis un jour tous les déchets nucléaires de France. Il y aura aussi les producteur de déchets, comme EDF et Orano (ex-Areva).

À l'issue sera annoncé un calendrier de concertation. Il va y avoir un grand débat public en France sur "que faire de nos déchets ?", puis des réunions avec les habitants et les associations pour essayer de les rassurer sur les mesures de sécurité, de montrer aussi l'intérêt économique pour la région (les emplois créés).

À lire aussi
L'EPR de Flamanville devait commencer à produire de l'électricité en 2012 nucléaire
EPR de Flamanville : "Le cauchemar du nucléaire français", selon un spécialiste

En 2013, il y a avait déjà eu une tentative de débat public à Bure. Il y avait eu tellement de chahut : la première réunion avait duré vingt minutes, et les neuf suivantes avaient du être annulées. Le gouvernement va tenter d’éviter un nouveau fiasco. Mais les ONG et les associations disent qu'il n'y a rien à négocier.

Pourquoi une concertation ? Les opposants sont tous très remontés. Ils sont contre le projet, un point c'est tout. Pour eux, enfouir à 500 mètres sous terre des déchets qui resteront radioactifs pendant des centaines de milliers d'années, c'est trop dangereux.

En cas de problème, intervenir à une telle profondeur est délicat. Il vaut mieux, disent-ils, les garder en surface sous haute surveillance, en attendant qu'un jour les scientifiques trouvent une solution pour les décontaminer ou les recycler.

Et puis l'évacuation d'une quinzaine de "zadistes", il y a quinze jours par 500 gendarmes, n'a pas été accueillie par les opposants comme un signe de dialogue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Environnement Notre-Dame de Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792525111
Bure : l'État veut éviter un nouveau Notre-Dame-des-Landes
Bure : l'État veut éviter un nouveau Notre-Dame-des-Landes
Le gouvernement va annoncer ce mercredi 7 mars une grande concertation au sujet des déchets nucléaires et de l'avenir du site de Bure, dans la Meuse.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/bure-l-etat-veut-eviter-un-nouveau-notre-dame-des-landes-7792525111
2018-03-07 06:18:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ief3ffLlsu1_ilzsNLS_zQ/330v220-2/online/image/2018/0307/7792525161_des-opposants-au-site-de-bure-le-22-fevrier-2018-a-bar-le-duc.jpg