1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Bugaled Breizh : ces zones d’ombres qui demeurent, 18 ans après le naufrage du chalutier
2 min de lecture

Bugaled Breizh : ces zones d’ombres qui demeurent, 18 ans après le naufrage du chalutier

ÉCLAIRAGE - En 2004, cinq marins bretons périssaient en mer à bord du Bugaled Breizh. Le chalutier avait sombré en 37 secondes. Les conditions du naufrage restent aujourd'hui encore un mystère. La justice britannique, qui se penche sur la question depuis lundi, réussira-t-elle à lever les dernières zones d'ombre ?

L'épave du Bugaled Breizh dans la base navale de Brest (archives).
L'épave du Bugaled Breizh dans la base navale de Brest (archives).
Crédit : MARCEL MOCHET / AFP
Thomas Pierre

Que s'est-il vraiment passé ce 15 janvier 2004, au large des Cornouailles, au sud-est de l'Angleterre ? Ce jour-là, cinq marins bretons, décrits par leurs familles comme expérimentés, disparaissaient en mer à bord du Bugaled Breizh. Près de 18 ans plus tard, ce naufrage demeure toujours un mystère.

Pendant trois semaines, la Haute Cour de Londres essaiera de lever les raisons de ce drame inexpliqué, et sur lequel semble planer la raison d'État. Car, plutôt qu'un accident de pêche, les familles des victimes soutiennent elles la thèse d'un accrochage avec un sous-marin britannique. Accrochage qui n'a jamais pu être confirmé par la justice française au terme d'une procédure clôturée en 2016. 

Prévue le 12 octobre, l'audition d'Andrew Coles, commandant de bord du HMS Turbulent à l'époque, est en cela extrêmement attendue. Officiellement, le bâtiment de la Royal Navy était à quai à Devonport, près de Plymouth, le jour du drame, rappelle le Télégramme de Brest

À écouter

Bugaled Brezh : le naufrage cache-t-il un secret d'État ?
41:04

Un témoignage qui jette le trouble

Sauf qu'en 2019, le témoignage du pilote de l'hélicoptère britannique envoyé pour porter secours aux membres du chalutier, jette le trouble. À la barre du tribunal de Truro en Cornouailles, Peter Mac Lelland l'assure : "On nous a demandé de ne pas mentionner le sous-marin que nous avions vu", son équipage et lui. Son audition est attendue ce jeudi 7 octobre et pourrait donner du poids à l'hypothèse défendue par les familles bretonnes.  

À lire aussi

Mais, si la présence d'un sous-marin était bien avérée, s'agissait-il seulement du HMS Turbulent ? Un sous-marin hollandais, le Dolfijn, se trouvait aussi dans la zone à l'époque pour participer aux recherches. Des exercices militaires de l'Otan et de la Royal Navy se déroulaient également dans la région. C'est en cela qu'une demande a été déposée auprès de la Royal Navy pour que les communications du 15 janvier 2004 du HMS Turbulent, toujours sous le sceau du "secret défense", soient déclassées

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/