1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Budget 2018 : "Sérieux sur les hypothèses économiques, pas sur la réduction des dépenses"
1 min de lecture

Budget 2018 : "Sérieux sur les hypothèses économiques, pas sur la réduction des dépenses"

ÉDITO - Le gouvernement a présenté mercredi 27 septembre son premier Budget. Petit tour d'horizon.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Lenglet-Co: "Un Budget sérieux sur les hypothèses économiques, pas sur la réduction des dépenses"
03:15
Budget 2018 : "Sérieux sur les hypothèses économiques, pas sur la réduction des dépenses"
03:22
François Lenglet & Loïc Farge

Si l'on parle des hypothèses de croissance économique sur lesquelles il est bâti, le Budget 2018 est sérieux. Le gouvernement compte sur une croissance de 1,7% (qui est vraisemblable) et sur un maintien des créations d'emplois (qui, lui aussi, est en ligne avec ce qu'on observe). Quant au sérieux des comptes, c'est autre chose. La surprise, c'est que le déficit de l'État augmente en 2018 par rapport à 2017. Il va atteindre 83 milliards d'euros (c'est 76 milliards cette année, et c'était moins de 70 l'année dernière). De 2016 à 2018, on a donc un solde budgétaire de l'État qui se creuse de 14 milliards. C'est beaucoup. On n'est pas du tout dans l'austérité.
 
On nous parle pourtant sans arrêt de réductions des dépenses. Ces réductions sont calculées à partir de l'évolution naturelle des dépenses. Spontanément, celles-ci augmentent de plus de 2,5%, compte tenu de la hausse des prix et de la croissance économique. Il faut, par exemple, revaloriser les salaires ou les allocations sociales. Les 16 milliards d'euros d'économies sont donc calculés à partir de cette base en croissance d'une année sur l'autre. Autrement dit, et pour résumer, les dépenses de l'État augmentent moins vite que si elles augmentaient plus vite

La rédaction vous recommande

Il y a du Pierre Dac dans cette affaire. Dans la réalité, le nombre de milliards dépensés par la sphère publique (État, collectivités et Sécurité sociale) va donc augmenter, pour atteindre (excusez du peu !) 1.270 milliards d'euros. C'est plus de la moitié du PIB, bien sûr. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/