4 min de lecture Jean-Michel Blanquer

Blanquer, l'école et la Fontaine

REPLAY - Le ministre de l'Éducation défend sa réforme de l'école dans la presse ce jeudi matin, notamment le retour du redoublement.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Blanquer, l'école et la Fontaine Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Son truc, c'est le retour aux fondamentaux. "Le prof est là pour transmettre son savoir, l'élève est là pour apprendre." Qui viendra contredire Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l'Éducation à la une du Parisien et de Libération au matin de son premier grand oral devant le conseil de l'éducation. "Sa nomination, écrit Le Parisien, est non seulement une vraie rupture idéologique avec le quinquennat précédent, mais aussi avec la philosophie qui, depuis près de 30 ans, s’impose dans nos écoles",  "pédagogisme progressif", "égalitarisme niveleur". Le nouveau ministre dévoile une partie de son programme, avec notamment, l’autorisation pour les élèves de redoubler. On vous en parlé dans les journaux de RTL ce matin. "Il est absurde, dit le ministre, de laisser passer des élèves accumulant les retards."

"Ce qu'il y a dans la tête du ministre de l'Éducation", titre en une Libé, qui parle aussi du redoublement ainsi que des rythmes scolaires à la carte, et de la réforme du collège assouplie. Le journal Libé s’inquiète de ce que "nulle évaluation des mesures précédentes" n’a été menée au préalable et de "l’anéantissement de toute idée de stabilité". "Comment peut-on détruire si vite autant de travail et d’énergie ?", s’émeut un principal de collège. Pas sûr qu'il soit très soutenu. Dans Les Échos, 52% des Français disent faire confiance au gouvernement pour réformer l’école. Le rétablissement du redoublement est la mesure qui recueille la plus forte approbation, 59% d’opinion favorable. Il faudra les interroger plus tard sur deux autres mesures qu'annonce le ministre dans Le Parisien : le développement des chorales scolaires et le déploiement d'orchestres le jour de la rentrée pour qu'elle se fasse en musique. D'ici septembre, Blanquer donne un conseil de lectures aux élèves, les Fables de la Fontaine, car dit-il, "elles nous disent quelque chose de la vie et sont éternelles". 

Mélenchon s'y voyait tellement

Lui est un peu la grenouille qui se veut aussi grosse que le boeuf. "Je veux gouverner tout de suite", dit celui qui n'est pas arrivé premier de la classe mais qui y croyait si fort ! Longue interview cash de Jean-Luc Mélenchon dans Society en kiosque ce matin. "Jusqu'à la fin, j'ai pensé qu'on allait y arriver, dit le leader de la France insoumise à propos de la présidentielle. Il m'a manqué sept voix par bureau de vote !  Il a fallu absorber le choc, ça faisait une semaine que je me préparais au second tour et j'étais persuadé que j'aurais plié n'importe qui. Macron inclus." Jean-Luc Mélenchon a identifié la source du siphonnage de ses voix, Marine Le Pen : "Tout le discours populaire et une partie de la mobilisation populaire nous ont échappé à cause d'elle, elle nous a usurpé tant de mots, cette folle commençait même à parler de planification écologique à la fin de la campagne."

À lire aussi
Jean-Michel Blanquer, le 19 décembre 2018 Incendie à Notre-Dame
Notre-Dame : les critiques sont "une fausse polémique", selon Blanquer sur RTL

À lire ce matin dans Society, avec aussi une rencontre étonnante et hilarante. Luigi Mantegna, le pire boxeur du monde, 60 défaites en 63 combats. Il est passé professionnel en 2006 et il est ce qu'on appelle dans le monde anglo-saxon un "journey man", un boxeur prêt à monter sur le ring n'importe où, n'importe quand et contre n'importe qui, le plus souvent avec une préparation insuffisante. Luigi l'Italien assume totalement d'être un loser dans sa catégorie, d'avoir passé sa vie à encaisser les coups. "La défaite, dit-il, est un business, un art à cheval entre la folie et l'audace."

Le "super jeudi" des marchés financiers

À méditer en cette journée de vote en Grande-Bretagne. Les législatives anglaises font la une de la plupart des journaux ce matin. "Une élection à quitte ou double pour Theresa May", titre Le Figaro qui s'interroge sous la plume d'Arnaud de la Grange : "Y aurait-il une fatalité pour les dirigeants britanniques à se piéger eux-mêmes ? Il y a avait eu le référendum hasardeux de Cameron, voici les législatives de May." Si la Première ministre était victime de l'un de ces accidents électoraux qui font le charme de nos démocraties, elle pourrait toujours méditer les mots du maître Churchill : "Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal, c'est le courage de continuer qui compte."

Cela dit, aujourd'hui c'est une journée pour gagner. Le Figaro Éco nous apprend que ce 8 juin a été rebaptisé "super jeudi" par les marchés financiers qui adorent dramatiser certaines journées. Or aujourd'hui, trois événements majeurs vont se produire simultanément : les élections législatives en Grande-Bretagne, la réunion des gouverneurs de la Banque centrale européenne et l'audition de l'ex-patron du FBI devant le Sénat américain. Une conjonction d'événement suffisamment forte pour que les marchés aient qualifié ce jeudi de "super thursday", calqué sur le "super tuesday" des primaires américaines. Le Figaro en fait une traduction française, "Saint-Médard éclairci fait grenier farci".

Les toilettes ont leur appli

Bref, une journée pour les winners, et on en a trouvé un qui bat tous les autres dans la Voix du Nord. Bertrand Arnould est un jeune graphiste dont l'histoire retiendra peut-être le nom comme celui d'un de ces nombreux inventeurs qui ont amélioré la condition humaine. Cet entrepreneur de Lambersart vient de mettre au point une application pour smartphone qui s'appelle Plouf, une appli destinée à "couvrir vos bruits aux toilettes". Commentaire de la Voix du Nord : "On aurait pu craindre le pire dans le genre mauvais goût. Eh bien non. Le grand talent de Bertrand, c’est d’avoir donné à une ambition aussi triviale des atours très harmonieux : couleurs cosy, graphisme très chic, formulation délicate, choix des sons pertinents, applaudissement, bruit de machines à laver." Le graphiste compte sur cette appli pour faire connaître sa boîte, un beau levier de croissance. Qui donne encore raison à Churchill : "L'Angleterre s’écroule dans l’ordre, la France se relève dans le désordre". Fut-il intestinal.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Jean-Michel Blanquer Éducation nationale École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788882834
Blanquer, l'école et la Fontaine
Blanquer, l'école et la Fontaine
REPLAY - Le ministre de l'Éducation défend sa réforme de l'école dans la presse ce jeudi matin, notamment le retour du redoublement.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/blanquer-l-ecole-et-la-fontaine-7788882834
2017-06-08 09:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6WNSPOrf3KIQ-o7r-V_2jQ/330v220-2/online/image/2017/0517/7788583532_lionel-bonaventure-afp.jpg