2 min de lecture Santé

Baclofène, Mysimba : les coupe-faim inquiètent l'Agence du médicament

Après le scandale du Médiator, l'Agence du médicament craint l'arrivée d'un nouvel amaigrissant sur le marché européen et met en garde contre le détournement du Baclofène en coupe-faim.

A ce jour, un seul médicament anti-obésité est autorisé en France, le Xenical (illustration).
A ce jour, un seul médicament anti-obésité est autorisé en France, le Xenical (illustration). Crédit : PAUL ELLIS / AFP
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
Journaliste RTL

L'arrivée d'un nouveau traitement contre l'obésité sur le marché français et le détournement du Baclofène prescrit pour maigrir inquiètent l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) selon Le Parisien daté du vendredi 2 janvier.  

Le Baclofène prescrit pour des régimes

L'ANSM a déconseillé aux médecins, le 22 décembre dernier, de prescrire du baclofène en cas de trouble du comportement alimentaire. Une mise en garde mais pas une interdiction, qui irait contre la "liberté de prescription".

Le baclofène ne doit pas être utilisé ni pour soigner les troubles du comportement alimentaire, ni pour perdre du poids.

L'ANSM
Partager la citation

Les témoignages d'utilisateurs du Baclofène pour maigrir pullulent sur les forums. Comme celui de cette jeune femme qui dit sur Doctissimo : "Je suis guérie depuis le 5 juin, soit deux mois et demi de traitement. Ma perte de poids a commencé. Les pulsions ont disparues. Et les effets secondaires, minimes, sont traités par homéopathie". 

D'autres plus sceptiques mentionnent le refus de leur médecin de leur prescrire le médicament. "Il ne faut pas utiliser un médicament pour autre chose que ce pour quoi il a été fait", avance un internaute. Pourtant le Baclofène a déjà été détourné de son usage premier. À l'origine c'est un relaxant musculaire. Mais depuis mars dernier, il a obtenu une recommandation temporaire d'utilisation (3 ans) dans le traitement de l'alcoolo-dépendance. 

Mysimba, le remède minceur américain

À lire aussi
Changement d'heure : quels appareils doivent être réglés dimanche 31 mars ? changement d'heure
Changement d'heure : quels sont les appareils à mettre à jour manuellement ?

Autre sujet d'inquiétude : l'arrivée de la pilule minceur Mysimba venue tout droit des États-Unis. C'est l'Agence européenne du médicament (EMA) qui a donné l'autorisation de mise sur le marché du Mysimba contre l'avis de la France et de l'Irlande. Une autorisation que dénonce le médecin Bruno Toussaint dans sa revue Prescrire. Il parle d'une "régression majeure pour la sécurité des patients". 

C'est désormais à la Commission européenne de donner son feu vert à la commercialisation du médicament. 
Le Mysimba est une combinaison de molécules censées faire l'effet d'un coupe-faim. Le hic c'est qu'il contient un dérivé d'amphétamine également connu pour accélérer le rythme cardiaque et augmenter la tension artérielle. Comme la majorité de ses prédécesseurs : le Sibutrak (finalement retiré du marché en 2010), le Ponderal (retiré en 1997) et bien sûr le Mediator (retiré de la vente en 2009).

L'obésité offre un marché potentiel de taille en France : près de 7 millions de personnes sont obèses, soit 15% de la population selon une étude de l'Inserm réalisée en 2012

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Mediator Obésité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants