2 min de lecture Attentats en France

Attentats en France : un otage de l'Hyper Cacher aurait tenté d'escroquer des éditeurs parisiens

Présent lors de la prise d'otages d'Amedy Coulibaly, l'homme a monnayé son témoignage avec un intermédiaire. Il espérait fuir en Israël avec l'argent récupéré.

Un policier devant l'Hyper Cacher de porte de Vincennes, lieu de la prise d'otages d'Amédy Coulibaly (Archive).
Un policier devant l'Hyper Cacher de porte de Vincennes, lieu de la prise d'otages d'Amédy Coulibaly (Archive). Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

9 janvier 2015, porte de Vincennes. 48 heures après la tuerie de Charlie Hebdo et 24 heures après la fusillade de Montrouge, la France est de nouveau plongé dans la terreur. Amédy Coulibaly pénètre dans l'Hyper Casher, tue quatre personnes et prend en otage 26 otages. Plus d'un an après les faits, Le Point révèle une tentative d'arnaque de l'un des rescapés.

Parmi les otages ? Jo, selon le prénom donné par Le Point. Avec Patrick T., son complice, celui-ci met en place un véritable plan pour gagner beaucoup d'argent sur le dos des éditeurs, qui espèrent tous récupérer de nombreux témoignages des attentats qui ont frappé la France en ce début d'année 2015. Les premières offres des éditeurs parisiens tombent rapidement : 15.000 euros, 20.000 euros et même jusqu'à 30.000 euros pour certains, selon les chiffres dévoilés par l'hebdomadaire français. 

Un contrat finalement signé avec un petit éditeur

Mais les deux protagonistes ne comptent pas s'arrêter là et cherchent dès lors à faire monter les enchères. Mais le piège va bientôt se refermer. Jo et Patrick T., considéré comme un simple intermédiaire, vont alors signer deux contrats simultanément, avec deux maisons d'éditions différentes. Malheureusement pour eux, ces deux maisons appartiennent au même groupe. Une erreur d'inattention qui va leur coûter chère et mettre fin à leur volonté de rejoindre Israël. "Patrick T. nous a confié qu'il voulait faire signer un maximum de contrats, il voulait d'ailleurs qu'on paie les deux tiers à la signature. Leur plan était d'empocher les virements et de fuir en Israël", détaille Le Point.

J'ai été con, je me suis fait choper, j'ai vraiment honte

Patrick T.
Partager la citation
À lire aussi
Jawad Bendaoud, surnommé le "logeur de Daesh", le 25 avril 2018 devant palais de justice de Bobigny justice
Attentats du 13 novembre : Jawad Bendaoud condamné à 4 ans de prison ferme

Une fois rattrapé par son erreur, Patrick T. reconnaît avoir "été très con". "Je me suis fait choper, j'ai vraiment honte", écrit-il dans un e-mail envoyé au printemps dernier aux plus grandes maisons d'éditions parisiennes comme Flammarion, Calmann-Lévy ou encore Fayard. Et malgré cette tentative d'arnaque, Jo a tout de même réussi à publier son récit chez un petit éditeur. Le montant du contrat reste pour l'heure inconnu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Terrorisme Otages
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781560787
Attentats en France : un otage de l'Hyper Cacher aurait tenté d'escroquer des éditeurs parisiens
Attentats en France : un otage de l'Hyper Cacher aurait tenté d'escroquer des éditeurs parisiens
Présent lors de la prise d'otages d'Amedy Coulibaly, l'homme a monnayé son témoignage avec un intermédiaire. Il espérait fuir en Israël avec l'argent récupéré.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-en-france-un-otage-de-l-hyper-cacher-aurait-tente-d-escroquer-des-editeurs-parisiens-7781560787
2016-01-27 07:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/WT-gesAyAY91aYXXJVSYbQ/330v220-2/online/image/2015/0315/7777006825_hyper-cacher.jpg