4 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : un ancien rugbyman sauve la vie d'un autre joueur

REPLAY - Le sauveur, un ancien pilier du Stade français, a assisté à la fusillade depuis un balcon et est immédiatement descendu porter secours aux blessés.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Attentats de Paris : un ancien rugbyman sauve la vie d'un autre joueur Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Le journal l'Équipe a publié mercredi 2 mars, le témoignage poignant d'Aristide Barraud, rescapé de l'attaque à la terrasse du bar La belle équipe, un témoignage que vous retrouvez sur l'Équipe.fr et qui a fait réagir de nombreux lecteurs dont un certain Serge Simon. Et pour cause, c'est lui, l'ancien pilier international de Bègles-Bordeaux et du Stade qui a sauvé la vie d'Aristide. 

Il a accepté d'en reparler et c'est à lire absolument dans l'édition du jeudi 3 mars dans le quotidien sportif. Serge Simon était chez des amis le soir du 13 novembre, juste au-dessus du restaurant attaqué. Il a assisté à la fusillade depuis un balcon et il est immédiatement descendu porter secours aux blessés. "J'ai jailli au milieu du carnage" dit-il. Parmi les blessés, il y a donc Aristide Barreaud, le corps criblé de trois balles, "je suis joueur de rugby en Italie" lui dit tout de suite Aristide, qui a bien sûr reconnu Serge Simon. 

"Ça y est je suis au paradis des joueurs de rugby et qui m'accueille, le président du syndicat Proval, pour savoir si je suis a jour de mes cotisations" dit Aristide. "On était en pleine tragédie et il avait un tel humour" se souvient Serge Simon. "Il a suffi d'une heure de notre vie pour tisser un lien viscéral, aujourd’hui j'ai un enfant de plus" explique Serge Simon qui n'a appris que plus tard qu'Aristide avait aussi joué au Stade français. 

À lire aussi
Salah Abdeslam est incarcéré à la prison de Fleury-Merogis (Essonne). Attentats à Paris
13 novembre : les frères Abdeslam ont préparé les attentats sur Facebook

"Les jours d'après, dit Serge Simon, c'est lui qui venait à mon secours, il me tenait dans cet océan de ténèbres. J'ai du aussi accepter que je n'étais pas préparé, je suis un généraliste, pas un médecin de guerre, j'ai fait ce que j'ai pu, j'ai fait des choix, et choisir c'est renoncer, j'ai choisi ce soir-là d'en aider certains mais pas d'autres, et je dois vivre avec cette culpabilité ". 

Une autre échelle, les animaux d'Afrique à victimes également du terrorisme.

C'est Libération qui nous apprend dans son édition de jeudi 3 mars que les rhinocéros et les éléphants sont les proies de braconnier d'un genre nouveau. Des groupes terroristes et des mafieux asiatiques surarmés auxquels un Français a déclaré la guerre. Il s'appelle Serge Lopez. Ethnologue de formation, il a été militaire, guide de brousse, garde du corps d'hommes d'affaires en zone sensible. 

Et puis un jour, il est tombé nez à nez avec un rhinocéros agonisant dans une mare de sang, ses deux cornes coupées à la tronçonneuse. "Il m'a regardé et son regard a changé ma vie et j'ai décidé de me consacrer à la protection des animaux plutôt qu'a celle des hommes." Serge a donc plaqué ses riches clients russes il y a six mois pour monter une ONG qui forme militairement les rangers, les gardiens des parcs africains pour protéger les animaux de ces braconniers. D'abord des Chinois qui envoient l'ivoire des éléphants en Asie et dans les pays du Golfe pour décorer le salon des nouveaux riches. 

La corne de rhinocéros est quant à elle exploitée pour ses vertus aphrodisiaques et soi-disant anti cancer. 65.000 euros le kilo de corne, cela a donné des idées aux terroristes qui y ont trouvé un mode de financement extraordinairement rentable. Les shebabs, se sont mis à piller le Kenya et la Tanzanie. Boko Haram a infiltré l'immense parc du W entre le Bénin et le Niger. Ce que craint Serge Lopez c'est l'arrivée maintenant de l'État islamique. Le justicier de la brousse face à des braconniers surarmés, le combat parait perdu d'avance? Serge Lopez convoque Pierre Rhabbi et sa fameuse stratégie du colibri, "je fais ma part."

Elles non plus n'ont pas rendu les armes : les Jeannettes

Un anniversaire fêté par le journal l'Humanité, il y a tout juste un an, la biscuiterie Jeannette à Caen était officiellement remise entre les mains de 14 ex-salariés licenciés qui avaient lutté pour que l'histoire de la célèbre marque de madeleine normande ne s'arrête pas à la barre du tribunal de commerce. Un an plus tard, on n'arrive pas à honorer toutes les commandes expliquent les employées qui ont accepté de renoncer à leur ancienneté et de retravailler au Smic de base. À plus de 50 ans, on retravaille au bas de l'échelle salariale avec du beurre frais d'Isigny, comme quand on a commencé quand on avait 16 ans, c'est une nouvelle jeunesse. 

Pour l'instant les madeleines sont vendues à la boutique de l'usine et sur internet, dans de jolies boîtes avec un logo créé par des étudiants. Il faudrait qu'on ait un magasin en centre-ville mais les loyers sont chers, il faudrait aussi embaucher et racheter des machines mais "oh la la doucement" explique une employée. Un peu plus loin il y a Annick, ouvrière de 54 ans. Elle songe à tout ceux qui se battent pour l'emploi et leur dit "Ne lâchez pas les camarades, on est la preuve que la lutte peut mener à la victoire."

Les combats des femmes, c'est François Hollande qui en parle aussi

À une semaine de la journée de la femme, L'interview du président au magazine Elle en kiosque à Paris et vendredi 4 mars en province. Il revient notamment sur la polémique sur l’intitulé du ministère de la Famille, de l’Enfance et du Droit des femmes. Il annonce qu’on devra désormais parler du ministère des Familles, au pluriel, pour englober toutes les familles. Il dit aussi "je suis féministe et toujours socialiste". Il y parle des femmes en général et des siennes en particulier : "avant de parler de moi comme père, je rappelle que c’est Ségolène Royal qui est la mère de nos enfants.

J’ai essayé d’être présent, je faisais la cuisine, je racontais des histoires aux enfants le soir, mais si vous interrogiez Ségolène Royal elle vous dirait que je n’en ai sans doute pas fait assez". Il y parle du temps qu'il n'a pas passé avec ses enfants : "ces moment-là sont tellement beaux dans une vie, que de les avoir laissés s’échapper suscite en moi un immense regret".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Stade Français Rugby
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782167420
Attentats à Paris : un ancien rugbyman sauve la vie d'un autre joueur
Attentats à Paris : un ancien rugbyman sauve la vie d'un autre joueur
REPLAY - Le sauveur, un ancien pilier du Stade français, a assisté à la fusillade depuis un balcon et est immédiatement descendu porter secours aux blessés.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-a-paris-un-ancien-rugbyman-sauve-la-vie-d-un-autre-joueur-7782167420
2016-03-03 11:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/QNHPtY1azHgPBMahe7BK1Q/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798695_adeline-francois.gif