1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : manifestations, rassemblements, mesures de sécurité... Que se passe-t-il dans les régions ?
3 min de lecture

Attentats à Paris : manifestations, rassemblements, mesures de sécurité... Que se passe-t-il dans les régions ?

ÉCLAIRAGE - L'état d'urgence est déclaré sur l'ensemble du territoire à la suite des attaques qui ont frappé Paris le 13 novembre. Les mesures diffèrent selon les régions et n'ont pas empêché la tenue de rassemblements spontanés.

Rassemblement à Nantes le 14 novembre en hommage aux attentats de Paris
Rassemblement à Nantes le 14 novembre en hommage aux attentats de Paris
Ambre Lefèvre & La rédaction numérique de RTL

Si l'ensemble du territoire est placé en état d'urgence, au lendemain des attentats qui ont fait 128 morts et 300 blessés, ce sont les préfets de chaque département qui décident, ou non, d'interdire les manifestations prévues ce week-end. Le point sur les différentes mesures.

Bretagne

Pierre Lambert, le préfet des Côtes-d'Armor, a décidé d'interdire toutes les manifestations culturelles et sportives pour le week-end. Le festival du polar de Lamballe, ou encore le festival de théâtre pour rire de Matignon, où devait se produire dimanche Sofia Aram, ont été interrompus.

Pas d’interdiction générale de tous les événements dans le reste de la région. La ville de Rennes a toutefois déconseillé la tenue de rassemblements citoyens.

Languedoc-Roussillon

Environ 2.500 personnes ont répondu à l'appel du maire de Montpellier, Philippe Saurel, à un grand rassemblement public sur la place de la Comédie, ce samedi à 17h.

À écouter aussi

La ville de Nîmes a quant à elle décidé d’interdire tous les événements, culturels, festifs et sportifs. Les musées sont également fermés.

Nord-Pas-de-Calais

Les concerts de Lou Doillon, Maître Gims et Disiz sont annulés dans la métropole lilloise, ainsi que le concert programmé pour samedi à Tourcoing des Eagles of DeathMetalle groupe qui jouait au Bataclan lors des attaques vendredi 13 novembre.


Les rencontres sportives sont en partie maintenues, comme le Supercross de Lille, qui se tiendra samedi soir, avec des mesures de sécurité renforcées. Le musée du Louvre-Lens reste ouvert. Environ 500 personnes se sont rassemblées samedi dans l’après-midi à Arras. Des centaines de personnes se sont aussi réunies à Lille, malgré les recommandations de la mairie de ne pas d'y rendre. La manifestation a été perturbée par des militants d'extrême droite. 

Provence-Alpes-Côte d'Azur

De nombreuses manifestations ont été abandonnées, comme les rencontres littéraires de Cannes, la Fête de la châtaigne à Cagnes-sur-mer. À Nice, le maire Christian Estrosi a annoncé que toutes les manifestations étaient interdites pour le week-end. Pas de meeting pour Marion Maréchal-Le Pen, candidate aux régionales, qui devait rencontrer ses militants samedi après-midi à Grasse.

Aquitaine

Des rassemblements ont été annulés à la demande de la préfecture de Bordeaux, ce samedi. Le match de coupe d’Europe de rugby, entre l’Union Bordeaux-Bègles et l’ASM Clermont-Auvergne, prévu ce dimanche, a été repoussé, sur la requête du maire Alain Juppé. D’autres manifestations, comme le Festival du film d’histoire de Pessac, ont également été reportés.

Rhône-Alpes

Le préfet Michel Delpuech a évoqué un possible recours au couvre-feu, dans le cas où des "manifestations de joie faisant allégeance au terrorisme" auraient lieu. Les manifestations "festives" seront annulées dès samedi dans la région afin d’anticiper les trois jours de deuil national. On ignore pour l'instant si la Fête des lumières sera maintenue du 5 au 8 décembre.

À Grenoble, 4.000 à 5.000 personnes se sont rassemblées dans le principal parc de la ville, selon la police, pour observer une minute de silence.

Poitou-Charentes

Des milliers de personnes se sont retrouvées samedi à Poitiers devant l'hôtel de ville, dans un mouvement citoyen. À Niort, la municipalité a prévu un rassemblement à 18h, autorisé par la préfecture. Cette dernière a cependant déconseillé la tenue de celui de La Rochelle, lundi 16 novembre.

Pays-de-la-Loire

La ville de Saint-Nazaire a finalement annulé le rassemblement citoyen prévu samedi, à la demande de la préfecture. 2.000 personnes se sont rassemblées à Laval à l'appel du maire de la ville François Zochetto. Ils étaient environ 400 place Bouffay à Nantes, malgré le message du préfet de Loire-Atlantique qui "déconseille fortement" les rassemblements publics.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/