1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : la métamorphose de Salah Abdeslam le lendemain des attaques terroristes
3 min de lecture

Attentats à Paris : la métamorphose de Salah Abdeslam le lendemain des attaques terroristes

"Le Parisien" revient sur les conditions de l'exfiltration vers la Belgique de Salah Abdeslam la nuit suivant les attentats de Paris dans son édition du 23 décembre.

Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris, est introuvable depuis le mois de novembre.
Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris, est introuvable depuis le mois de novembre.
Crédit : DSK / POLICE NATIONALE / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

La police belge a arrêté Salah Abdeslam. Impliqué dans les attentats de Paris et de Saint-Denis du 13 novembre, il a été blessé et interpellé lors d'un assaut des forces de l'ordre belges à Molenbeek vendredi 18 mars 2016. Ses traces ADN avaient été retrouvées dans un appartement de Forest, en Belgique. Ce dernier avait été perquisitionné mardi 16 mars avant de dégénérer en fusillade, au cours de laquelle Mohamed Belkaïd a été tué par la police. Salah Abdeslam aurait peut-être vécu dans cet appartement. 

Les contours de la fuite de Salah Abdeslam se précisent au fil des semaines. Le frère de Brahim, le kamikaze qui s'est fait exploser boulevard Voltaire à Paris le soir des attentats de Paris, est soupçonné d'avoir conduit les kamikazes du Stade de France dans la soirée du 13 novembre puis d'avoir fui vers le sud de la capitale après avoir abandonné son véhicule dans le XVIIIe arrondissement. Terré à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, à partir de minuit, il est ensuite récupéré au petit matin par deux amis belges qu'il a convaincu de venir le chercher pour le ramener en Belgique. Sur la base des témoignages de ces deux convoyeurs, Le Parisien revient sur les conditions de son exfiltration dans son édition du 23 décembre. 

Un voyage sous haute tension

Il est un peu plus de 5 heures du matin lorsque Salah Abdeslam rejoint la voiture de Mohamed Amri et Hamza Attou, ses copains de Molenbeek, auprès desquels il se vante d'être "le dixième terroriste" des attaques qui ont balayé l'est de Paris quelques heures plus tôt. Les deux hommes décrivent un Abdeslam essoufflé et transpirant, qui "pleurait et criait" en leur ressassant le fil des événements. "Il a déclaré avoir été dans une voiture et avoir utilisé une kalachnikov pour abattre des personnes", assure l'un des convoyeurs, accréditant la thèse d'un Salah Abdeslam membre du commando des terrasses des Xe et XIe arrondissements de Paris. 

L'un des deux amis belges raconte également comment Abdeslam a expliqué avoir sciemment laissé les papiers d'identité de son frère Brahim à l'intérieur de la Clio abandonnée place Albert Kahn, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. "Pour imiter Coulibaly", l'un des terroristes des attentats de janvier à Paris, et qu'il "soit connu du monde entier". Salah Abdeslam passe l'essentiel du trajet à moitié allongé sur la banquette arrière, la tête dissimulé par une capuche. L'un des convoyeurs se souvient qu'il était "tendu" et "réagissait dès que nous ralentissions". Le fugitif est persuadé que "les Français allaient le torturer s'ils l'attrapaient". Il répète à plusieurs reprises "je me vengerai" et hurle "ils vont payer pour la mort de mon frère".

Il voulait se faire une coloration

À lire aussi

Après avoir échappé à trois contrôles de police, le convoi rallie la banlieue de Bruxelles et s'arrête devant une banque. Salah Abdeslam quitte le véhicule pour acheter sur un marché de quoi changer de vêtements. Il troque sa doudoune à capuche par une veste sans cape et repart avec un jean noir, un caleçon et des chaussettes neufs qu'il enfile dans la camionnette d'un commerçant, raconte Le Parisien. Quelques mètres plus loin, il s'offre un nouveau téléphone portable avant de poursuivre sa métamorphose par un passage chez le coiffeur. "Il voulait une coloration, mais le coiffeur n'en faisait pas", précise l'un des amis belges. Abdeslam passe la porte d'un deuxième salon et en ressort "les cheveux à ras" et "un trait rasé sur le sourcil". La fuite touche quasiment à sa fin. Salah Abdeslam est conduit par ses sauveurs dans le quartier de Scharbeek avant de disparaître dans la nature.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/