3 min de lecture France

Attentats à Paris : ces 43 minutes qui ont changé la face de la France

REPLAY - Un "acte de guerre" au cœur de Paris, revendiqué par l'État islamique, a fait au moins 129 morts et des centaines de blessés le 13 novembre. Retour sur les événements d'une soirée cauchemardesque.

une-fusillade-a-eclate-sur-les-champs-elysees-le-20-avril-2017 Édition spéciale - Attentats à Paris La rédaction de RTL
>
Attentats à Paris : ces 43 minutes qui ont changé la face de la France Crédit Image : AFP / Bertrand Guay | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Loïc Farge

Vendredi 13 novembre au soir. Il fait bon à Paris. Les terrasses sont bondées. Au Stade de France, à Saint-Denis, on joue au football. C'est France-Allemagne. Devant 80.000 personnes, des familles, beaucoup d'enfants et le président de la République François Hollande. Treizième minute du match. Il est 21h20. Une explosion sourde à l'extérieur, près de la porte D. Personne ne sait que deux personnes viennent d'être déchiquetées. Un kamikaze, qui a actionné sa ceinture d'explosifs et dont le passeport syrien est retrouvé dans un lambeau de son blouson ; et un passant, soufflé par la déflagration.

21h30. Deuxième explosion. Un deuxième kamikaze a actionné sa ceinture bourrée de TATP (explosif artisanal) reliée à une pile électrique. Dans la tribune officielle, François Hollande est pris à part par le préfet de police. Le Président pâlit. La chef de la sécurité de l'Élysée l'entraîne vers les sous-sols du stade. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, vient d'arriver. Sous la lumière crue des néons, le chef de l'État apprend l'indicible : une attaque terroriste sans précédent en plein Paris. C'est le début d'un terrifiant scénario dans les Xème et XIème arrondissements.

Scènes d'horreur à Paris

21h25. Une Seat Leon noire a ralenti à l'angle des rues Allibert et Bichat. Deux hommes en noir en sortent, armés de fusils d'assaut. Sans doute les frères Brahim et Salah Abdeslam. L'un tire en rafale sur la terrasse du bar Le Carillon ; l'autre, en direction de celle du Petit Cambodge. Ils n'hésitent pas à achever leurs victimes, à tirer sur ceux qui s'enfuient. Bilan : 15 morts.

21h32. La Seat arrive rue de la Fontaine-au-Roi. Le bar À la Bonne Bière est mitraillé. On déplore cinq morts. Au sol, une centaine de douilles de calibre 7'62. Quatre minutes plus tard, les frères Abdeslam sont rue de Charonne à la terrasse du restaurant La Belle Équipe : 19 morts.

À lire aussi
justice
Attentats du 13 novembre : un Algérien visé par une enquête en Italie

À ce moment là, plus rien ne semble pouvoir les arrêter. La panique, la confusion, l'odeur de poudre et celle de mort. C'est sur des scènes de carnage qu'arrivent les policiers, à la poursuite de cette voiture noire qu'ils ne rattrapent pas. 21h40 : Brahim Abdeslam dit au revoir à son frère. Il sort du véhicule, entre au Comptoir Voltaire et se fait exploser. Il y a un blessé grave. Dans ce délire de violence et de terreur, c'est presque un miracle.
Car la suite va être encore plus atroce. Exactement à la même heure (21h40), une troisième équipe est entrée en action. Trois hommes stoppent leur Volkswagen Polo, noire également, devant le numéro 50 du boulevard Voltaire. Des tueurs à visage découvert, tout de noir vêtus. Ils tirent sur un vigile du Bataclan et entrent dans la salle de spectacle où sur scène le groupe californien "Eagles of Death Metal" joue depuis une demi-heure.

Massacre au Bataclan

Une rafale de Kalachnikov vient d'arrêter la musique. Quelque 1.500 personnes assistent à ce concert. La peur s'empare de la salle. Les hommes crient "Allouah Akhbar", invectivent la foule en évouant l'Irak et la Syrie. Ils continuent à tirer. Les musiciens et des spectateurs s'enfuient. Ceux qui restent sont piégés, repoussés vers la fosse, au pied de la scène. Ce sera leur dernière demeure. Un bilan provisoire fait état de 90 morts au Bataclan, où l'assaut de la police est donné à 00h20. Les trois terroristes sont tués.

Derniers coups de de feu. Ultimes explosions, dont celle à 21h53, loin du Bataclan, d'un troisième kamikaze près du Stade de France. La tempête aura soufflé 43 minutes sur Paris et la France. Il faudra des années pour panser les plaies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Attentats Daesh
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants