1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentat à Nice : la femme de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a dû être "exfiltrée" à cause de "menaces physiques"
2 min de lecture

Attentat à Nice : la femme de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a dû être "exfiltrée" à cause de "menaces physiques"

En garde à vue pendant 48 heures, la femme du terroriste de Nice est "effondrée" depuis sa sortie, comme l'explique son avocat à "Libération".

Des policiers patrouillent sur la promenade des Anglais, le 16 juillet à Nice
Des policiers patrouillent sur la promenade des Anglais, le 16 juillet à Nice
Crédit : Francois Mori/AP/SIPA
Marie-Pierre Haddad

En instance de divorce, elle est l'épouse de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. L'homme a la personnalité trouble qui a planifié l'attentat à Nice, qui a causé la mort de 84 personnes. La jeune femme a été entendue pendant 48 heures par les enquêteurs, avant d'être relâchée. À sa sortie, elle a dû "déménager discrètement" de son logement avec ses trois enfants de 5 ans, 3 ans et 10 mois, où elle était soumise à des menaces depuis sa sortie de garde à vue. 

Dans un entretien à Libération, son avocat Maître Jean-Yves Garino décrit "une personne qui est effondrée". "Quand elle a été arrêtée, personne n'avait conscience de l'ampleur des dégâts. C'est lorsqu'elle est sortie, après une garde à vue difficile, qu'elle a réalisé deux choses. D'abord, le nombre de victimes causées par son ex-mari, le présumé terroriste. Et surtout le fait qu'elle était la mère de trois enfants, trois enfants qui portent le nom de son conjoint", raconte son avocat.

Elle reçoit des pressions de la part des citoyens qui la considèrent comme coupable

Maître Jean-Yves Garino

Violences conjugales, plaintes... "L'amour s'est transformé en haine, raconte-t-il. Elle avait porté plainte contre son mari pour des violences. Les plaintes sont allées jusqu'au bout. il y avait une enquête du procureur, il y avait des signalements laissés par les assistantes sociales" mais elle n'a jamais remarqué de signes de radicalisation. "Elle ne le voyait que très peu. À cause des violences, il rencontrait toujours les enfants dans un lieu public où des personnes étaient autour", explique Maître Jean-Yves Garino.

Son avocat précise qu'"aucune charge n'a été retenue contre elle. Elle reçoit des pressions de la part des citoyens qui la considèrent comme coupable. Les gens étaient sous les fenêtres, la vindicte populaire (...) Comme beaucoup de monde, elle avait prévu d'aller au feu d'artifice du 14 juillet. Mais elle a renoncé. Elle était restée à la maison avec ses enfants". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.