4 min de lecture Apple

Apple refuse de déverrouiller les données personnelles des clients

REPLAY - La marque californienne ne cède pas face au FBI qui souhaite l'accès aux téléphones des suspects.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
REVUE DE PRESSE 1902/2016 Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Back Door. En anglais, ce terme signifie porte dérobée. En informatique, il s'agit d'une vulnérabilité discrète mais dangereuse, qui permet à un tiers de s'introduire dans votre ordinateur ou votre téléphone. Cette porte dérobée est délibérément verrouillée par les fabricants. Notamment Apple. C'est ce verrouillage que déplorent les enquêteurs qui veulent faire parler les téléphones des suspects. L'affaire est à la une de la presse vendredi 19 février "Terrorisme, les portables en accusation" titre le Parisien-Aujourd'hui en France. "Apple-FBI le clash" en une de Libération. Cette semaine, Apple a refusé de développer un logiciel pour aider les autorités à accéder aux données numériques d'un terroriste, pour craquer son téléphone. Pour la marque à la pomme le risque est trop grand  qu'un tel outil  ne soit ensuite utilisé à d'autres fins et ne mettent en danger la sécurité voire la vie de tous les utilisateurs du monde. 

C'est, écrit Libération, "L'épisode le plus spectaculaire de cette nouvelle guerre de la cryptographie." La NSA affirme aussi que les attentats du 13 novembre à Paris n'auraient pas eu lieu sans l'utilisation d'outils de communication chiffrée. Rien ne permet de l'affirmer répond un haut responsable du renseignement français dans le Figaro, le journal révèle toutefois que le parquet de Paris décompte à lui seul 8 portables saisis l'année dernière dans des affaires terrorisme. 8 portables que les experts n'arrivent pas à craquer pour en explorer la mémoire. L'un est tout simplement inutilisable car il faut l'empreinte digitale du propriétaire pour l'allumer et il est en Syrie. Une bataille homérique est engagée : "Quels droits fondamentaux chérissons-nous le plus ?" demande le Figaro. "Notre sécurité ou le respect de notre vie privée?"

Le centenaire de la bataille de Verdun

Le 21 février 1916, l'état major allemand décide de lancer l’offensive contre les lignes françaises au nord de Verdun sur la rive droite de la Meuse. Cela fera 100 ans dimanche 21 février. Vous trouverez ce weekend en kiosque de nombreux hors série, notamment celui, très beau très poétique de la revue Le 1. Le journal La Croix lui, s'intéresse au mythe que les Français ont construit autour de cette bataille, qui ne fut ni la plus meurtrière ni la plus décisive mais qui reste le symbole même de la Première Guerre mondiale, la mère de toutes les batailles. Le mythe s'est construit sur la décision plus politique que stratégique de défendre coûte que coûte Verdun, d'y engager tous les hommes, tous les moyens. 

Les conditions de vie des soldats, la boue, la faim, la peur qu'ils racontent dans des lettres vont faire de la bataille l'incarnation de la dureté d'un conflit. Un siècle plus tard et alors que les poilus ont tous disparu, les historiens s’inquiètent du devenir de cette mémoire, notamment auprès des jeunes chez qui Verdun s'éloigne de plus en plus dans un passé indistinct. C'est peut-être ça aussi le sens d'une commémoration. La guerre ne laisse pas que des souvenirs et des commémorations. Elle remplit aussi nos placards. Cela porte même un nom, la war-food. Article passionnant à lire dans le supplément weekend des Echos sur ces aliments passés de la gamelle des soldats à notre assiette. Par exemple, les M&M's. 

Brevet déposé dans les années 40 par un américain Forrest Mars qui enrobe des dragées de chocolat d'un sirop de sucre durci évitant à la friandise de fondre dans la poche. La première production sera destinée exclusivement à l'armée américaine. Le chocolat qui ne fond pas dans la poche des GI's sera vendu au grand public juste après la Seconde Guerre mondiale. Une guerre pendant laquelle l'armée américaine a accumulé des stocks gigantesques de Cheddar du Wisconsin, fromage déshydraté, l'une des bases de la ration de combat depuis la guerre de 14. Mais tout n'a pas été mangé, alors que faire de la montage de Cheddar en poudre? La vendre à un géant des chips, qui a l'idée d'y ajouter du maïs soufflé, cela donne les Cheetos. Un biscuit apéro incontournable aux États-Unis. 

Les enfants rois

À lire aussi
Le logo d'Apple sur un building californien. Connecté
Apple écope d’une amende record de 1,1 milliard d’euros en France

Libération nous fait découvrir vendredi 19 février la consultation inédite lancée par un hôpital de Montpellier, pour les parents dépassés par leurs enfants et qui ont pris le pouvoir à la maison. Les témoignages de ces parents sont terribles. Ils semblent las, usés d'avoir à se battre chaque instant pour exister face à leur enfant tout puissant. Chaque confession dévoile un bout d'enfer. "Mon fils de 5 ans parle fort et tout le temps, c'est un harcèlement continuel, il veut toujours être au centre, répète en boucle ses demandes, fait du chantage, n'accepte pas les refus." 

Il y a aussi cette mère d'un ado de 16 ans ,"il décide de tout, il a la priorité sur tout, la douche, les horaires, le trajet, la musique dans la voiture, ce qu'on mange.. En fait on habite chez nos enfants" dit la maman à bout. On sourit mais c'est grave parce que "la violence rôde" des deux côtés, dit une psy qui a vu des parents affaiblis, culpabilisés, honteux, qui renoncent à sortir ou à partir en vacances. Le problème explique Marcel Rufo c'est que "les parents veulent séduire et non plus éduquer." Mais dit-il "l'enfant instable à toutes les chances de se développer normalement."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Apple Terrorisme Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants