1 min de lecture Économie

Amazon propose à ses salariés une prime pour démissionner

Amazon propose, chaque début d'année, à ses salariés qui auraient un projet personnel de démissionner en échange d'une prime pouvant aller jusqu'à 8.000 euros.

Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon
Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon Crédit : AFP / Archives, Joe Klamar
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Amazon se porte bien. Avec un chiffre d'affaires en hausse à la mi-2016, l'entreprise assure avoir embauché l'an dernier 1.000 CDI en France et compte ouvrir à Amiens un cinquième site sur le territoire hexagonal. En parallèle, le groupe propose à chaque début d'année un coup de pouce quelque peu particulier à ses salariés : une prime pour ceux qui souhaitent démissionner en vue d'un "projet personnel". La somme peut atteindre 8.000 euros, en fonction de l'ancienneté de l'employé. Cette proposition, baptisée "The Offer", existe "partout dans le monde" et a été lancée en France en 2015, selon le géant de la distribution en ligne.

"Il s'agit d'accompagner ceux qui ont des projets personnels ou envie de faire autre chose avec un soutien financier", indique une porte-parole du groupe. Cette "offre", proposée chaque année sur une période de quinze jours, "reste limitée dans le temps". En 2017, la période s'étale du 23 janvier au 5 février. En 2015, onze salariés en CDI en ont bénéficié. Ils étaient douze en 2016. Selon le géant de la distribution en ligne, un tiers d'entre eux ont trouvé du travail ailleurs et un autre tiers ont fait ce choix pour des raisons personnelles. Aucune précision n'a été fournie pour le tiers restant.

Les syndicats s'inquiètent

S'il peut paraître intéressant, ce dispositif est combattu par des syndicats de l'entreprise. Ils considèrent qu'il s'agit d'un "plan de départs volontaire déguisé" et d'une "manœuvre" visant à favoriser l'embauche de contrats précaires à la place des CDI. Selon des sources concordantes, l'inspection du travail va être saisie et une motion d'entrave a été votée par les organisations syndicales.

"Les salariés sont âgés en moyenne de 22 ans mais beaucoup ne tiennent pas à cause des cadences et s'en vont. Ils démissionnent et n'ont pas d'allocations chômage", s'insurge la CGT. La CFDT a demandé de son côté "la tenue d'une réunion extraordinaire afin d'obtenir des réponses précises sur ce dispositif".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Amazon Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants