2 min de lecture Ajaccio

Ajaccio : "Ces dérapages extrêmement graves sont totalement inacceptables", condamne le maire de la ville

REPLAY / INVITÉ RTL - Vendredi 25 décembre, une salle de prière musulmane et un restaurant kebab ont été visés par des manifestants violents qui ont aussi tenté de brûler des livres de prière. Un événement "intolérable" pour Laurent Marcangeli.

Philippe-Robuchon RTL Midi Week end Philippe Robuchon iTunes RSS
>
Laurent Marcangeli, le maire d'Ajaccio, était l'invité de RTL Midi, le 26 décembre 2015 Crédit Image : PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP | Crédit Média : Sophie Aurenche / RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Caroline Haine et Philippe Nécand

Le jour de Noël a été particulièrement agité à Ajaccio. Vendredi 25 décembre, plusieurs dizaines de manifestants sont entrés dans une salle de prière musulmane, l'ont saccagée et ont essayé de brûler des livres de prière, au lendemain de l'agression de deux pompiers et d'un policier par des habitants d'un quartier sensible de la ville. Après le préfet de Corse du sud, c'est Gilles Simeoni, le nouveau président nationaliste du conseil exécutif de Corse, qui condamne "ces dérapages extrêmement graves" et "totalement inacceptables (...) absolument intolérable, qui ici suscitent une émotion partagée". 

"Les gens doivent pouvoir pratiquer leur religion tranquillement et nous y veilleront", ajoute-t-il avant de militer pour une "réflexion de fond." "Les problèmes que nous avons connus, et notamment l'agression des pompiers, ne naissent pas de rien, juge le nationaliste. Il y a malheureusement des situations que l'on a laissées se dégrader." Des actes que condamne également le député-maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli. 

Les voyous qui ont saccagé le camion de pompiers n'avaient pas des revendications de type religieux

Le député-maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli
Partager la citation

"Je ne pense pas qu'il soit aujourd'hui normal que ce type d'événements se produisent (...) Il s'agit certainement d'individus isolés qui considèrent qu'il existe un lien entre l'incident de la nuit de Noël et la religion musulmane, alors qu'il n'en est rien. Les voyous qui ont saccagé le camion de pompiers n'avaient pas des revendications de type religieux", explique le député-maire avant d'insister : "C'était uniquement des voyous, des délinquants. Hier il y a eu une réaction de personnes déterminées à se faire justice elles-mêmes. Ça veut dire qu'on est dans un système anarchique, qu'en tant qu'élu républicain je ne peux pas tolérer". 

Pour le maire, il s'agit d'une "bande de voyous qui vit dans un quartier qui est devenu depuis plusieurs années une zone de non droit, malgré les plaintes des habitants du quartier, malgré le fait que les services publics aient de plus en plus de mal à effectuer leur mission et aujourd'hui je crois qu'il faut véritablement avoir une politique qui aille dans le sens de l'accompagnement social, et l'établissement d'un vrai ordre dans le quartier". Les lieux de culte vont bénéficier d'une sécurité renforcée même si les choses semblent être revenues au calme. 

À lire aussi
Gilles Siméoni, président du Conseil exécutif corse, en juin 2018 à l'Assemblée de Corse (Ajaccio) crash
Crash Ajaccio-Nice : "Le moment est venu de dire la vérité", dit Simeoni sur RTL

Le soir du réveillon, des pompiers ont été appelés dans un quartier populaire d'Ajaccio pour un incendie volontaire. Ils ont alors été pris à partie. Deux d'entre eux ont été blessés ainsi qu'un policier qui a été visé par "des jets acide chlorhydrique". Pour les soutenir, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le centre ville hier après midi. Et c'est ensuite que tout a dégénéré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ajaccio Corse Islamophobie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants