1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Aide à domicile : un quotidien difficile pour un métier peu valorisé
1 min de lecture

Aide à domicile : un quotidien difficile pour un métier peu valorisé

REPORTAGE - Le secteur des métiers du grand âge connait une crise des vocations, qui s'explique par la dureté et la faible rémunération des postes proposés.

Illustration - Prise en charge des personnes dépendantes
Illustration - Prise en charge des personnes dépendantes
Aide à domicile : une réalité difficile pour un métier peu valorisé
00:05:12
Aide à domicile : une réalité difficile pour un métier peu valorisé
00:05:12
Anaïs Bouissou - édité par Noé Blouin

Myriam El Khomri et son équipe doivent présenter, le 28 octobre prochain, une soixantaine de propositions destinées à recréer des vocations dans les métiers liés au grand âge, tout en améliorant le niveau de vie des aides à domiciles.
Dans ce type de métier, il y a ceux qui sont employés directement par un particulier, et ceux employés par des structures subventionnées par les départements. Ces derniers sont de véritables "oubliés" des pouvoirs publics, travaillant dans des conditions précaires pour un faible salaire. 

Après une longue carrière au service des autres, Françoise, une aide à domicile de 65 ans, gagne le SMIC, soit un peu moins de 8 euros de l'heure. Avec son contrat, cela équivaut à 700 euros par mois. Son patron est conscient que ses salariés sont mal payés, mais il gère une association, il est donc dépendant des subventions de l'État et de la convention collective du secteur à domicile.

Outre la faible rémunération, les aides à domicile font face à d'intenses rythmes de travail. Françoise peut voir, par exemple, jusque six personnes en une matinée. Six domiciles auxquels elle se rend avec sa voiture personnelle. "On emmène aussi les personnes âgées en courses, avec notre propre véhicule", affirme-t-elle au micro de RTL. Elle aimerait pouvoir compter sur une voiture de fonction.

Autre aspect difficile du métier, le secteur médico-social a un taux d'accident du travail 3 fois plus élevé que la moyenne des salariés français. S'ajoutent aux efforts physiques, des responsabilités pas toujours reconnues à leur juste valeur. Certaines aides à domiciles doivent, par exemple, donner les traitements, faire manger les personnes âgées, ou les déplacer.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire