3 min de lecture Polémique

Affaire Tariq Ramadan : "Mediapart", "Charlie Hebdo" et Manuel Valls s'écharpent

"Charlie Hebdo" accuse "Mediapart" d'avoir supposément fermé les yeux sur les agissements de Tariq Ramadan, accusé de violences sexuelles. Et Manuel Valls s'est invité dans la polémique. Explications.

Edwy Plenel, fondateur de Médiapart, en 2012
Edwy Plenel, fondateur de Médiapart, en 2012 Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

L'affaire Tariq Ramadan vire à la polémique politico-médiatique. Dans la foulée des dépôts de plainte de femmes accusant l'islamologue de viols, plusieurs attaques ont été portées contre Mediapart et précisément son directeur Edwy Plenel. Manuel Valls et Charlie Hebdo sont en première ligne. Ils reprochent au site d'information d'avoir fermé les yeux sur les agissements de Tariq Ramadan.

Farouche opposant du théologien dont il dénonce la "duplicité", l'ancien premier ministre Manuel Valls a reproché à une "partie de la presse" d'avoir "abdiqué" face à l'islamisme radical. Sur le plateau de CNews, dimanche 5 novembre, il en a profité pour désigner nommément Edwy Plenel, président de Mediapart, en l'accusant de "complicité".

>
Manuel Valls accuse Edwy Plenel de "complicité" avec Tariq Ramadan Durée : |

Au soir de ces accusations, Edwy Plenel s'est défendu une première fois sur le plateau de BFMTV. Évoquant notamment une longue enquête "sans complaisance" qui avait été publiée sur Tariq Ramadan, il avait alors assuré : "Personne d'entre nous à Mediapart ne savait, quand nous avons fait cette enquête". Fabrice Arfi, l'un des journalistes les plus notoires de Mediapart, dont il est le responsable du pôle enquêtes, y voit une manipulation politique. "Ce que je vois (...), c'est le cynisme terrifiant d'un homme prêt à utiliser des accusations de viols pour régler des comptes 'idéologiques'", a-t-il écrit dans un tweet répondant à l'ex-chef du gouvernement.

À lire aussi
Un dispositif anti-SDF à Angoulême abbé Pierre
VIDÉO - "Pics d'Or" : un prix pour récompenser les pires dispositifs anti-SDF

Edwy Plenel caricaturé

Mais la controverse a gagné en intensité lorsque Charlie Hebdo a dévoilé la une de son journal en date du 8 novembre. On y voit, sur fond rouge, quatre caricatures d'Edwy Plenel sur lesquelles sa fameuse moustache lui masque les yeux, les oreilles et la bouche. Le titre, teinté d'ironie, en dit long : "Affaire Ramadan, Mediapart révèle : 'On ne savait pas'".

Cette une, signée de la dessinatrice Coco, fait bondir les journalistes de Mediapart. "Soutien absolu à Charlie quand ils sont menacés ; les combattre avec les mots, les idées et les faits face à une Une aussi abjecte", s'insurge Fabrice Arfi. "Nos enquêtes ne tombent pas du ciel. Elles partent toujours de témoignages ou de documents que nous jugeons suffisamment sérieux pour être crédibles. Nous n’avions pas ces éléments en notre possession l’année dernière. C’est aussi simple que cela. Aujourd'hui nous traitons éditorialement les accusations portées à l’encontre de Tariq Ramadan et menons notre propre enquête à son sujet", précise en outre la société des journalistes de Mediapart dans un communiqué.

La caricature n'autorise pas la calomnie

Edwy Plenel, président de "Mediapart"
Partager la citation

Sur l'antenne de RTL, Edwy Plenel a également exprimé sa colère à l'encontre de la couverture satirique de Charlie Hebdo : "Notre liberté, aussi, c'est de dire que la caricature n'autorise pas la calomnie, le mensonge, le n'importe quoi. En l'occurrence, cette une, c'est n'importe quoi. (...) Alors tous ces ouvriers de la 25e heure qui aujourd'hui disent qu'ils savaient, je leur pose une question toute simple : s'ils savaient, pourquoi n'ont-ils pas publié, n'ont-ils pas révélé ce qui aurait empêché qu'il y ait d'autres victimes ?".

Cette question constitue aussi une réplique aux dires de Caroline Fourestqui a assuré au micro de RTL avoir été "au courant dès 2009" des agissements de Tariq Ramadan. L'essayiste n'a d'ailleurs pas manqué de s'en prendre aussi à Edwy Plenel, dans un article où elle lui reproche "d'avoir promu un fondamentaliste misogyne". Cette attaque repose, entre autres, sur des prises de parole du journaliste et de l'islamologue lors de mêmes tables rondes. Le billet de Caroline Fourest a d'ailleurs été retweeté par Manuel Valls, avec ce commentaire : "À lire. Chacun découvre enfin le vrai visage d'Edwy Plenel, complaisant depuis si longtemps avec les idées et la duplicité de Tariq Ramadan".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Mediapart Edwy Plenel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790862579
Affaire Tariq Ramadan : "Mediapart", "Charlie Hebdo" et Manuel Valls s'écharpent
Affaire Tariq Ramadan : "Mediapart", "Charlie Hebdo" et Manuel Valls s'écharpent
"Charlie Hebdo" accuse "Mediapart" d'avoir supposément fermé les yeux sur les agissements de Tariq Ramadan, accusé de violences sexuelles. Et Manuel Valls s'est invité dans la polémique. Explications.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/affaire-tariq-ramadan-mediapart-charlie-hebdo-et-manuel-valls-s-echarpent-7790862579
2017-11-08 16:51:10
https://cdn-media.rtl.fr/cache/B6ktD5umg7mXaTB8Z23RMw/330v220-2/online/image/2015/1106/7780402410_edwy-plenel-fondateur-de-mediapart-en-2012.jpg