1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Affaire Mohamed Merah : est-il normal que l'État soit reconnu responsable ?
2 min de lecture

Affaire Mohamed Merah : est-il normal que l'État soit reconnu responsable ?

Le tribunal administratif de Nîmes a jugé que l'État français était en partie responsable dans la mort du parachutiste Abel Chennouf, tué par balles le 15 mars 2012 par Mohamed Merah à Montauban.

Mohamed Merah avait assassiné 7 personnes entre le 11 et le 19 mars 2015.
Mohamed Merah avait assassiné 7 personnes entre le 11 et le 19 mars 2015.
Affaire Mohamed Merah : est-il normal que l'État soit reconnu responsable ?
32:05

À la fin de l'année 2012, la surveillance de Mohamed Merah avait été levée par l'État alors que le jeune homme était fiché "S". Une décision sanctionnée mardi 12 juillet par le tribunal administratif de Nîmes, qui a estimé que l'État avait une part de responsabilité dans la mort d'Abel Chennouf, tué par balles le 15 mars 2012 par le terroriste à Montauban. Se dirige-t-on vers une mise en cause systématique de l'État dans ce genre de cas ?

Avant de tirer de telles conclusions, il faudra attendre les décisions des cours d'appel et un jour sans doute celles des cours de cassation, selon Roland Cayrol. "Si cela rapporte une petit d'argent aux familles éplorées, tant mieux pour elles", lâche le politologue, néanmoins choqué sur le plan du principe. "Presque tous les gens que l'on a arrêté jusqu'ici pour actes terroristes étaient connus des services de police ou de renseignement. Or l'état ne peut pas surveiller en permanence 15.000 personnes", estime-t-il. 

"Si on avait enlevé le contrôle de Mohamed Merah, c'est qu'il y avait de bonnes raisons et qu'il n'y avait pas de soupçons particuliers", soutient Paolo Levi, pour qui il est utopique de suivre toutes les personnes fichées ou non. Geoffroy Lejeune est quant à lui satisfait par cette décision de justice. "Le rôle de l'État est d'assurer la sécurité des gens en échange de la levée de l'impôt. Or dans toutes les affaires de terrorisme, on se rend compte qu'il y a eu des défaillances". Pour le rédacteur en chef de Valeurs actuelles, l'État doit mettre tous les moyens sur les renseignements et les outils judiciaires pour empêcher que cela se reproduise.

On refait le monde avec :
- Paoli Levi, correspondant en France de l'agence de presse italienne Ansa
- Roland Cayrol, politologue
- Geoffroy Lejeune, rédacteur en chef de Valeurs actuelles

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/