1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Abattoirs : l'association L214 observe une "avancée" mais s'interroge encore
1 min de lecture

Abattoirs : l'association L214 observe une "avancée" mais s'interroge encore

INVITÉE RTL - Johanne Mielcarek, porte-parole de l'association de défense des animaux, commente les propositions de la commission d'enquête parlementaire sur la souffrance animale dans les abattoirs.

Des membres de l'association L214, le 7 janvier 2014
Des membres de l'association L214, le 7 janvier 2014
Crédit : FRED SCHEIBER/20 MINUTES/SIPA
Johanne Mielcarek, porte-parole de l'association L214, était l'invitée de RTL
05:22
Abattoirs : l'association L214 observe une "avancée" mais s'interroge encore
05:25
Yves Calvi & Julien Absalon

Avec ses vidéos choc diffusées sur Internet, l'association L214 avait levé le voile sur des pratiques épouvantables contre les animaux dans les abattoirs. Grâce à elle, une commission d'enquête sur la souffrance animale a pu voir le jour et présenter mardi 20 septembre ses préconisations. Parmi elles : la vidéosurveillance, l'expérimentation d'abattoirs mobiles, une meilleure formation, un soutien psychologique pour les employés et plus de contrôles routiers.

Pour Johanne Mielcarek, porte-parole de L214, il s'agit d'un premier grand pas. "Il faut reconnaître vraiment une chose à la commission d'enquête, c'est qu'elle a mis pour la première fois dans le débat politique la question de ce qu'on fait subir aux animaux. C'est la première fois qu'on constate une telle avancée", se satisfait-elle au micro de RTL.

Il n'est pas possible de mettre à mort chaque jour trois millions d'animaux (...) La question de la consommation de viande se pose en France

Johanne Mielcarek

L'association attend néanmoins quelques éclaircissements, notamment sur l'utilisation de la vidéosurveillance. "Il va falloir voir quelles en seront les modalités. Si la vidéosurveillance n'est pas mise au service de la transparence auprès des consommateurs, il y aura probablement très peu d'intérêt. Il faut un accès à la société civile sur les vidéos tournées au sein de ces abattoirs", ajoute Johanne Mielcarek.

L214 déplore cependant la mise à l'écart de "certaines solutions immédiatement applicables" portant notamment sur le nombre d'animaux abattus quotidiennement et la consommation de viande. "Il n'est pas possible de mettre à mort chaque jour trois millions d'animaux en espérant porter une attention à chacun de ces animaux et leur épargner des souffrances. Donc la question de la consommation de viande se pose en France". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/