3 min de lecture Environnement

À Montreuil, une usine chimique inquiète les riverains

Deux élus de la ville de Seine-Saint-Denis ont été reçus au ministère de la Transition écologique et solidaire, jeudi 5 octobre.

Des graffitis "usine toxique" et "zone contaminée" sur la façade de l'usine SNEM, spécialisée dans le traitement chimique de composantes aéronautiques des groupes Airbus et Safran à Montreuil le 4 octobre 2017.
Des graffitis "usine toxique" et "zone contaminée" sur la façade de l'usine SNEM, spécialisée dans le traitement chimique de composantes aéronautiques des groupes Airbus et Safran à Montreuil le 4 octobre 2017. Crédit : Martin BUREAU / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Les riverains alertent sur les dangers de cette usine depuis 10 ans". Nathalie Baneux, présidente de la FCPE-UCL de Montreuil (Seine-Saint-Denis) jointe par RTL.fr ne décolère pas. Depuis le début de l'été, l'association de parents d'élèves soutient le collectif "L'usine verte" qui s'est formé pour exiger la fermeture de l'usine SNEM, spécialisée dans le traitement chimique des pièces aéronautiques. L'entreprise, qui se situe à proximité de trois écoles de la ville, est accusée de rejeter des déchets toxiques à l'origine de plusieurs pathologies dans le quartier.

Nathalie Baneux dénonce les "éléments sentinelles" qui ont alerté sur l'état de salubrité et les activités toxiques de l'usine, sous-traitante des géants de l'aéronautique Airbus et Safran. À la fin du mois de juin dernier, un enfant du quartier a contracté une leucémie, raconte Le Parisien.

Craignant un lien avec l'activité de l'usine, le maire communiste Patrice Bessac et l'association "la Butte à Morel" qui interpelle régulièrement les pouvoirs publics à ce sujet, adressent chacun un courrier à la préfecture exigeant une enquête scientifique indépendante concernant l'état du site. 

Deux élus reçus au ministère de la Transition écologique

Mais les résultats des enquêtes menées successivement par la ville et par la préfecture, bien qu'elles ne relèvent "aucune anomalie" et assurent que le site ne constitue pas un danger immédiat, ne rassurent pas les riverains et parents d'élèves. Ils décident alors de bloquer l'usine. 

À lire aussi
Un tableau alerte sur le pic de pollution à Lille environnement
Quelles villes européennes luttent le plus contre la pollution?

Le 27 septembre, une centaine de manifestants se rassemblent devant le bâtiment pour exiger la publication de toutes les enquêtes de toxicité menées sur l'usine SNEM. Lors de la manifestation, la police déloge les riverains et deux personnes sont placées en garde à vue. L'une d'elle saisit l'Inspection générale de la Police Nationale (IGPN), rapporte Le Parisien.

La municipalité se saisit alors du dossier, exigeant dans un premier temps que les deux parents d'élèves soient relâchés et que les poursuites à leur encontre soient abandonnées. Patrice Bessac rédige ensuite un courrier destiné au ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, dans lequel il juge que la situation est dans "une impasse" et indique souhaiter "retrouver la voix du dialogue".

"La ville n'a pas de responsabilité sur l'usine, et on ne pouvait pas rester en situation de confrontation", explique Riva Gherchanoc, adjointe à la Santé de la mairie de Montreuil jointe par RTL.fr. Accompagnée d'Ibrahim Duffriche-Soihli, adjoint à l'Environnement, l'élue a été reçue au cabinet de Nicolas Hulot jeudi 5 octobre. 

Il s'agit d'un problème de sécurité environnementale à part entière"

Riva Gherchanoc, adjointe à la Santé de la mairie de Montreuil (Seint-Saint-Denis)
Partager la citation

Les élus demandent principalement une enquête scientifique indépendante sous l'autorité du ministère. "Nous aurons une réponse en début de semaine prochaine", informe Riva Gherchanoc, tout en assurant que les échanges ont été "constructifs".

L'adjointe au maire de Montreuil souhaite "restaurer la confiance entre les citoyens et les institutions" et assurer "un accompagnement du dossier sur le long-terme". C'est à cette fin qu'elle a organisé un groupe de travail destiné "à tous les intéressés". "Il s'agit d'un problème de sécurité environnementale à part entière", explique-t-elle.

Les riverains restent mobilisés

Du côté des parents d'élèves, l'action de la mairie est saluée, mais le scepticisme règne. "Ils ont été voir un représentant du ministère c'est très bien, concède Nathalie Baneux de la FCPE, mais nous ce qu'on préférerait c'est que le ministère ferme l'usine". 

Conscients des conditions de travail des salariés de l'usine, les riverains demandent le reclassement des employés. Le 6 septembre, alors que des manifestants bloquaient l'usine, le patron du site est venu à leur rencontre, raconte Le Parisien. "On essaye de faire tout ce que l’on peut pour mettre cette usine aux normes", leur a-t-il déclaré. Mais selon lui, même un déménagement reste pour le moment difficilement envisageable. "Il faut trouver un site, une autorisation d’activité… tout cela prend beaucoup de temps".

Mercredi 4 octobre, les riverains et parents d'élèves ont reçu le soutien du député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière qui a lui aussi envoyé un courrier au préfet du département.

Nathalie Baneux assure que la FCPE restera mobilisée aux côtés du collectif "L'usine verte", et ce "jusqu'à ce qu'il y ait dépollution du site, reclassement des salariés et fermeture de l'usine". Le collectif prévoit pour sa part une Assemblée générale samedi 7 octobre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Santé Usine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790398661
À Montreuil, une usine chimique inquiète les riverains
À Montreuil, une usine chimique inquiète les riverains
Deux élus de la ville de Seine-Saint-Denis ont été reçus au ministère de la Transition écologique et solidaire, jeudi 5 octobre.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/a-montreuil-une-usine-chimique-inquiete-les-riverains-7790398661
2017-10-08 08:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/V9fPo2FJxkDmjw6FK7sPRg/330v220-2/online/image/2017/1006/7790398751_des-graffitis-usine-toxique-et-zone-contaminee-sur-la-facade-de-l-usine-snem-specialisee-dans-le-traitement-chimique-de-composantes-aeronautiques-des-groupes-airbus-et-safran-a-montreuil-le-4-octobre-2017.jpg