3 min de lecture

35 heures à l'AP-HP: première grève d'envergure pour Martin Hirsch

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Les auditeurs ont la parole - Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
LES AUDITEURS du 21.05.15 Crédit Image : Wikipedia / CC | Crédit Média : Vincent Parizot,Sophie Aurenche | Durée : | Date : La page de l'émission

35 heures à l'AP-HP: première grève d'envergure pour Martin Hirsch

"Repos préservé, qualité des soins assurée": à l'unisson contre le projet de réorganisation des 35 heures, les syndicats de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris appellent à la grève aujourd'hui, le premier conflit social d'envergure pour le directeur général Martin Hirsch.
  
Fait rare, toutes les organisations représentatives (CGT, SUD, FO et même la CFDT) ont fait front commun avec la CFE-CGC, la CFTC et l'Unsa, invitant les agents grévistes à se rassembler à 11h devant le siège de l'AP-HP, dans le 4e arrondissement de Paris.

Dans le viseur des grévistes, la réforme de l'organisation du temps de travail lancée par Martin Hirsch, qui pourrait toucher dès 2016 quelque 75.000 personnels (hors médecins) dans les 38 établissements de l'AP-HP.

Actuellement, plus de 60% des agents travaillent 7h36 (38 heures/semaine) ou 7h50 (39h10) par jour, avec un nombre de RTT allant de 18 à 20 jours par an,  auxquels s'ajoutent des journées propres à l'AP-HP.
  
Problème: en raison du manque de personnel, les journées non prises s'accumulent sur les comptes épargne temps. Un stock évalué à 74,7 millions d'euros fin 2014, rappelle la direction.
  
La réduction des plages horaires journalières à 7h30, voire 7h00, atténuerait ces frais, en diminuant, ou supprimant les RTT. Martin Hirsch a d'ores et déjà exclu la "généralisation" de la journée de 7 heures.

Faut-il réformer le temps de travail dans l'hôpital public ? 



Invités du débat de RTL MIDI : Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France et Olivier Cammas, l'un des responsables CGT de l'AP-HP.

La rédaction vous recommande

Agnès Saal recasée : trop d'impunité pour les hauts fonctionnaires ?

Pour Laurent Wauquiez, le secrétaire général de l'UMP, le retour d'Agnès Saal au ministère de la Culture ne relève pas de l'exemplarité. Invité de RTL ce matin, il s'est dit "choqué" par la nomination de l'ancienne directrice de l'INA au ministère de la Culture en tant que chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

"Dans une période où on demande des efforts il faut de l'exemplarité, pour les politiques, au premier plan", estime-t-il. "Par exemple, je suis pour la suppression des régimes spéciaux de retraite des parlementaires. Et de l'exemplarité pour les fonctionnaires. ça vaut pour tout le monde", ajoute-t-il.

Fin avril, Agnès Saal a démissionné de l'INA après la révélation de l'ampleur de ses frais de taxi, qui dépasseraient 40.000 euros en dix mois, dont plus de 6.000 euros pour son fils. "Dans son statut, il n'est pas prévu forcément d'avoir des frais de représentation exorbitants", indique Laurent Wauquiez. "Il n'est pas exclu que sur des procédures comme ça on puisse exiger des remboursements", conclut-il.

Agnès Saal recasée : trop d'impunité pour les hauts fonctionnaires ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Agnès Saal recasée : trop d'impunité pour les hauts fonctionnaires ?
Nombre de votes : 8771 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande

"Faciliter" le paiement par carte bancaire, "y compris pour de petites sommes"

Le ministre des Finances, Michel Sapin, souhaite faire évoluer la règlementation pour "faciliter l'utilisation" des cartes bancaires "y compris pour de petites sommes", "sans que les commerçants soient eux-mêmes lésés".

"Pour les commerçants, aujourd'hui, pour des raisons de modalité de rémunération des banques, (un paiement par carte) en dessous de quinze euros, cela commence à coûter par rapport à la somme au commerçant. C'est cela qu'il faut modifier. Je suis donc favorable à ce qu'on fasse évoluer la règlementation sur ce point", "sans que les commerçants eux-mêmes ne soient lésés", a poursuivi le ministre des Finances.
  
"Cela passe par une discussion avec les banques pour que nous puissions faire évoluer les modalités de rémunération". "Dans les jours qui viennent nous aurons la capacité de faire évoluer les choses", a précisé Michel Sapin.
  
Le ministre des Finances souhaite également "faciliter le changement de banque pour l'ensemble des Français". "Là aussi, je pense que ça va se faire très vite", a-t-il dit.

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants