1 min de lecture Histoire

17 octobre 1961, une manifestation pacifique d'Algériens devient "ratonnade"

Le 17 octobre, des milliers d'Algériens sortis manifester pacifiquement contre les mesures du préfet Maurice Papon sont chargés par la police qui fait près de 200 morts.

Des manifestants algériens arrêtés par la police le 17 octobre 1961
Des manifestants algériens arrêtés par la police le 17 octobre 1961 Crédit : STF / AFP
102907340309617434926
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Le 17 octobre 1961, quelques dizaines de milliers d'Algériens de France décident de sortir manifester à la demande du FLN afin de protester contre le couvre-feu instauré à leur encontre par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. Alors que les négociations d'Évian ont débuté au mois de mai 1961, qui déboucheront sur le cessez-le-feu du 19 mars 1962, la répression à l'encontre de cette marche pacifique pour l'indépendance finira en bain de sang. Les instructions de Matignon étaient claires, il fallait réprimer et charger le rassemblement.

Les manifestants sont interpellés, il y en aura plus de 10.000 embraqués dans des bus. La police charge aussi des groupes d'Algériens en les bloquants sur des ponts de Paris, ce qui ne manque pas d'en faire tomber des dizaines dans la Seine. 

Le bilan officiel initial, qui fait état de 3 morts, sera vite revu à la hausse après que des corps sans vie ont été retrouvés dans les eaux du fleuve dès le lendemain. Ainsi, le nombre de victimes évoqué aujourd'hui tourne autour des 200 morts désormais. "Il s'agit de la répression d'État la plus violente qu'ait jamais provoquée une manifestation de rue en Europe occidentale dans l'histoire contemporaine", ont écrit à ce sujet les historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster, auteurs en 2008 de Les Algériens, la République et la terreur d'État en 2008, cités par leur homologue français Gilles Manceron dans Le Monde du 17 octobre 2011.  

À lire aussi
ben-hur La Curiosité Est Un Vilain Défaut
Péplums !

Pendant plusieurs décennies, cet épisode tragique de la guerre d'Algérie restera officiellement assez flou. Le 17 octobre 2012, François Hollande fait le mea culpa de la République. "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression", admettra le président 51 ans après les faits. C'était l'une de ses promesses de campagne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire Guerre d'Algérie Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785326866
17 octobre 1961, une manifestation pacifique d'Algériens devient "ratonnade"
17 octobre 1961, une manifestation pacifique d'Algériens devient "ratonnade"
Le 17 octobre, des milliers d'Algériens sortis manifester pacifiquement contre les mesures du préfet Maurice Papon sont chargés par la police qui fait près de 200 morts.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/17-octobre-1961-une-manifestation-pacifique-d-algeriens-devient-ratonnade-7785326866
2016-10-17 17:36:31
https://cdn-media.rtl.fr/cache/d-zWbDPvJ3C5Lz4_LntTUQ/330v220-2/online/image/2016/1017/7785327560_des-manifestants-algeriens-arretes-par-la-police-le-17-octobre-1961.jpg