1 min de lecture Attentats à Paris

13 novembre : "Je n'avais jamais connu cela", raconte l'ancien patron du RAID

INVITÉ RTL - Deux ans après les attentats perpétrées à Paris et Saint-Denis, Jean-Michel Fauvergue revient avec émotion sur cette terrible nuit où 130 personnes ont perdu la vie.

Yves Calvi 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi
>
13 novembre : "Je n'avais jamais connu cela", raconte l'ancien patron du RAID Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Il était en première ligne le soir du 13 novembre 2015. Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID, était sur le terrain et dirigeait les opérations lors de cette terrible nuit où 130 personnes avaient perdu la vie. Une date qu'il associe à jamais à son arrivée et son entrée dans l'enceinte du Bataclan. "Quand j'arrive dans le Bataclan, quand je franchis la porte avec ma colonne d'assaut derrière moi... Et c'est un massacre. C'est quelque chose qui est gravé dans les têtes définitivement", se raconte-t-il au micro de RTL. "Je ne sais même pas si des scènes de guerre de ce type ont existé, sans doute, peut-être, mais je n'avais jamais connu cela". 

Celui qui est aujourd'hui député de Seine-et-Marne poursuit : "Il fallait se faufiler au milieu des cadavres et des blessés pour aller bloquer les terroristes qui étaient de l'autre côté de la scène".

La voix coupée par l'émotion, Jean-Michel Fauvergue assure que "personne n'est préparée à cela". "Personne n'est préparé à affronter cela au niveau psychologique". Mais passé le moment de sidération, qui ne dure pas très longtemps, le patron du RAID dirige ses hommes sur l'intervention. "On ne se pose pas de questions", se remémore-t-il.

J'ai appris que je n'étais pas invincible

Jean-Michel Fauvergue
Partager la citation

Un professionnalisme qui n'enlève rien à la dureté de la scène et des images aujourd'hui imprégnées dans l'esprit de l'ancien patron du RAID. "J'ai appris que je n'étais pas invincible et que je pouvais être touché par beaucoup de choses (...) J'accorde beaucoup plus d'attention à l'humain tout simplement".

À lire aussi
Un portrait d'Ahmed Merabet orné de fleurs à Paris. Attentats à Paris
Attentat de Charlie Hebdo : la plaque en mémoire d'Ahmed Merabet a été vandalisée

Aujourd'hui dans le monde politique, toutes ces images ne se sont pas envolées. Bien au contraire. Certaines reviennent même avec insistance. "Bizarrement, depuis que j'ai arrêté le RAID, cela revient souvent parce que je ne suis plus dans l'action", explique-t-il évoquant des vagues d'une intensité variée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Société Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants