2 min de lecture Économie

Fnac-Darty, Carrefour : la grande distribution française cherche à se réinventer

ÉDITO - On parle beaucoup d'une alliance entre Fnac-Darty et Carrefour. Les champions français de la grande distribution sont-ils trop petits et doivent-ils s'allier ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
La grande distribution française cherche à se réinventer Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Christian Menanteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Nos grandes enseignes font encore partie des poids lourds mondiaux du grand commerce. Mais pour le rester, nos champions doivent le rester. Tout simplement parce que la France est en train de devenir un des plus grands marchés de l'e-commerce en Europe (72 milliards d'achats l'an dernier). Ensuite parce que les ventes en grande surface stagnent, alors que celles en ligne explosent. Enfin, les consommateurs sont plus exigeants, mieux informés, plus connectés et plus pressés. Si ces attentes ne sont pas satisfaites, nous serons demain tous clients d'Amazon l'Américain et d'Ali Baba le Chinois. 

Quel intérêt d'une alliance entre Carrefour et Fnac-Darty ? Amazon attaque le créneau du commerce alimentaire. Il est urgent que les grandes enseignes répondent sur celui de l'électronique et de l'électroménager. Le premier argument, c'est le prix. Si ces deux distributeurs mutualisent leurs commandes (Fnac-Darty c'est 7 milliards d'euros de volume d'achat annuel, et 4 pour Carrefour), ils réduiront leurs coûts d'approvisionnement.

Boom des ventes en ligne

Cette voie a déjà été ouverte par Auchan, qui fait route commune dans ce domaine avec Boulanger, mais aussi par Casino, déjà associé à Conforama et qui vient de se lier à un groupe britannique expert du e-commerce. Ce sont les premiers remparts dressés les Français devant la machine à broyer d'Amazon.

Les ventes en ligne ne pèsent encore que 10% du commerce de détail dans le monde. Mais son taux de croissance est époustouflant : +24% l'an dernier. La prochaine ligne de front sera donc dans les magasins : paiement sans passage aux caisses, robots tailleurs qui feront les retouches sur place et immédiatement, personnels ultra-qualifiés en diététique, en cosmétique, en stylisme et en technologies pour conseiller et préparer des commandes personnalisées, et ainsi redonner à nos achats un peu plus de sens. Des armes qui échappent encore aux algorithmes des grandes plateformes de commerce électronique.

Les plus

À lire aussi
Le logo d'Apple sur un building californien. Connecté
Apple prévoit une pénurie d'iPhone à cause du coronavirus

- Après le miel, c'est la filière oléicole française qui n'est pas au rendez vous : nos oliviers n'assurent plus que 5% de nos besoins.

- Gemalto, spécialiste mondial de la sécurité numérique, va réduire ses effectifs de 10%.

La note du jour

15/20 à l'ONG britannique Action Hunger, qui implante des distributeurs automatiques de vivres et de vêtements pour les sans-abri. C'est utile pour répondre au problème des horaires très stricts des centres d’accueil.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Distribution Commerce
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants