1 min de lecture Crédit immobilier

Immobilier : pourquoi il sera plus difficile d'obtenir un prêt en 2020

ÉCLAIRAGE - Les ménages susceptibles d'être exclus des crédits immobiliers sont surtout des trentenaires, qui gagnent entre 3.000 et 4.000 euros par mois et qui habitent en région. Mais pour quelles raisons ?

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Immobilier : pourquoi il sera plus difficile d'obtenir un prêt pour sa maison en 2020 Crédit Image : AFP / Stéphane de Sakutin | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Les banques ramenées à la raison sur les prêts immobiliers. 100 à 150.000 familles risquent de ne plus pouvoir acheter leur maison en 2020. La Banque de France et Bercy ont sifflé la fin de la récrée : ils estiment qu'il y a un risque de surendettement des ménages si on continue à ouvrir les vannes du crédit immobilier.

Quels sont les ménages exclus ? Si on fait un portrait robot de ceux qui n'obtiendront plus leur prêt cette année, il s'agit surtout de trentenaires, qui gagnent entre 3 et 4.000 euros par mois et qui habitent en région

Ce sont des primo-accédants : ils achètent leur premier bien pour 180 à  200.000 euros mais ils empruntent sans apport et pour une durée de plus de 25 ans. Ces dossiers-là ne passent plus. Les courtiers comme meilleurtaux.com ont déjà constaté des refus depuis des mois.

Un effet contraire ?

Le paradoxe, c'est que le risque d'endettement est encore plus fort en durcissant les conditions d'octroi des prêts aujourd'hui. On rappelle les règles : un prêt immobilier ne doit pas endetter un ménage à plus de 33% de ses revenus et il est recommandé de ne pas dépasser les 25 ans de crédit. Mais en 2019, les banques, qui cherchaient à attirer de nouveaux clients, ont accordé 40% de prêts sur 25 ans minimum et le taux d'endettement des ménages dépassait 33%. 

À lire aussi
Agence parisienne du Crédit immobilier de France (CIF) (illustration) confinement
Coronavirus : comment va se comporter l'immobilier à la fin du confinement ?

Un retour à la raison salutaire avec quand même un effet pervers : on sort du jeu les primo-accédants. Ces derniers n'avaient pas d'apports mais achetaient un premier bien qu'ils revendaient quelques années plus tard, bien avant la fin du prêt de 25 ans, pour acheter plus grand. Ils finançaient également les travaux avec le premier prêt.

Désormais, ils vont devoir trouver un apport pour acheter et prendront un crédit consommation beaucoup plus risqué pour faire des travaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crédit immobilier Consommation Prêt immobilier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants