2 min de lecture Économie

Enquête chez Airbus : Tom Enders veut éviter des poursuites aux États-Unis

ÉDITO - C'est une affaire de corruption qui risque de valoir très cher au groupe aéronautique européen. Les vautours s'approchent.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Enquête chez Airbus : Tom Enders veut éviter des poursuites aux États-Unis Crédit Image : AFP / Aurore Belot | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
et Loïc Farge

Les Américains seraient en train de s'emparer d'Airbus. Ce sont les propos de Jean-Luc Mélenchon, dimanche 15 octobre, au Grand Jury-RTL - Le Figaro - LCI. Beaucoup se posent la question: qu'est-ce que ça veut dire ? Comment le groupe aéronautique européen pourrait-il passer aux mains des Américains ? On n'en est pas encore là (on en est même encore loin), mais c'est vrai qu'Airbus est dans une période de fragilisation. Comme le disait son président exécutif il y a trois ans, "le ventilateur à merdes est déclenché". D'ailleurs, un avocat d'Airbus reprenait récemment encore ce joli langage fleuri pour évoquer la tempête d'emmerdements qui s'approche. D'ailleurs Tom Enders en personne a écrit, il y a un peu plus d'une semaine maintenant, aux 134.000 salariés d'Airbus pour les prévenir qu'Airbus devrait sûrement payer des "pénalités importantes".

Airbus s'est auto-dénoncé pour des faits de corruption, de pots de vins et de fraude dans des ventes d'avions civils et militaires, auprès de la justice française et britannique. Pourquoi cette opération mains propres sur la place publique ? Par peur des Américains,  justement. Il se dit que le principal concurrent d'Airbus, l'Américain Boeing, a demandé à Washington de rassembler des preuves de corruption chez l'avionneur européen. Les services secrets sot au travail.

Le PDG d'Airbus ne "s'accrochera pas"

Pour information, la loi anti-corruption américaine est très redoutée. Il suffit que vous fassiez des transactions en dollars pour qu'elle vienne mettre le nez das vos affaires. C'est le procureur de New York qui a infligé des amendes énormes à la BNP, à Alstom ou encore Alcatel. En s'auto-dénoncant, Airbus traite avec les justices européennes et veut ainsi éviter des poursuites aux États-Unis et un traitement pénal de l'affaire.


Mais il se dit aussi que Tom Enders, en confiant l'audit d'Airbus à un cabinet d'avocats américains, s'est jeté dans la gueule du loup. À suivre donc ces prochaines semaines. Dimanche, l'intéressé affirmait qu'il ne "s'accrocherait pas" à la tête du groupe.

Les plus

À lire aussi
Manifestation des "gilets jaunes", samedi 16 février, à Pontivy social
"Gilets jaunes" : la "prime Macron" sera-t-elle reconduite ?

- Le malus pour les entreprises qui abusent des CDD ou de l'intérim se précise : jusqu'à 10% de cotisation pour celles qui utilisent davantage de contrats précaires. C'est à l'étude dans la prochaine réforme de l'assurance-chômage.

- Le nouveau visage du site Internet du chèque emploi service universel (Cesu). C'est pour demain, un site avec un simulateur pour calculer votre ristourne fiscale.

La note du jour

02/20 à l'Union locale CGT d'Alès, dans le Gard. Elle vient d'être condamnée au prud'hommes à verser 50.000 euros à son ancienne juriste, salariée mais placardisée au retour de son congé parental. La CGT d'Alès avait oublié de lire son Code du travail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Airbus Aéronautique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants