1 min de lecture Auto

Échec de la fusion avec Fiat-Chrysler : chez Renault, les syndicats "s'en félicitent"

INVITÉ RTL - Fabien Gâche, délégué central CGT chez Renault, estime que si la fusion avait eu lieu, "on pouvait s'attendre à un horizon funeste" pour son groupe.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Échec de la fusion avec Fiat-Chrysler : chez Renault, les syndicats "s'en félicitent" Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Joanna Wadel

Invité de RTL ce 6 juin, Fabien Gâche, délégué central CGT de Renault, "se félicite" du retrait de Fiat Chrysler. "On pouvait s'attendre à un horizon funeste si cette fusion avait lieu", explique-t-il. Pour le syndicaliste, "il ne s'agissait pas d'autre chose que d'une prise de pouvoir de la famille Agnelli", qui aurait entraîné des suppressions d'emplois. 

Un scénario en cohérence avec la stratégie du groupe FCA, qui selon lui a consisté à "récupérer tout ce qui était rentable au sein de Chrysler", tout en s'abstenant d'investir, laissant ainsi, ajoute-t-il, l'entreprise fragilisée

Quant à l'hésitation du gouvernement sur le devenir de cette alliance, qui nécessitait encore l'accord de Nissan, Fabien Gâche rappelle que si toutefois la fusion aboutissait, l'alliance serait remise en cause, et ses "contours" auraient été "redessinés". Formel, le délégué CGT assure que "Renault risquait de perdre ce qui a été construit au fil des vingt dernière années", en étant notamment contraint de payer des royalties "sur les droits de propriété de chez Nissan". 

Récupérer une entreprise qui n'a pas de visée stratégique industrielle, c'était prendre le risque de voir Renault disparaître.

Fabien Gâche
Partager la citation

"Perdre d'un côté Nissan pour récupérer de l'autre une entreprise qui n'a pas de visée stratégique industrielle, c'était prendre le risque de voir Renault disparaître.", résume Fabien Gâche. 

À lire aussi
Des voitures d'autocross sur un circuit (illustration) courses
Pays-Bas : une voiture de course fonce dans le public et fait plusieurs blessés

Un risque évité ne condamne pas pour autant l'entreprise. Pour se développer, Renault devrait selon lui, comme Toyota, miser sur l'innovation et l'investissement dans de nouvelles technologies, plutôt que sur la fusion.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Entreprises Renault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797784069
Échec de la fusion avec Fiat-Chrysler : chez Renault, les syndicats "s'en félicitent"
Échec de la fusion avec Fiat-Chrysler : chez Renault, les syndicats "s'en félicitent"
INVITÉ RTL - Fabien Gâche, délégué central CGT chez Renault, estime que si la fusion avait eu lieu, "on pouvait s'attendre à un horizon funeste" pour son groupe.
https://www.rtl.fr/actu/conso/echec-de-la-fusion-avec-fiat-chrysler-chez-renault-les-syndicats-s-en-felicitent-7797784069
2019-06-06 15:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/K2lYMYfJ8eb3duh-45zPBg/330v220-2/online/image/2019/0527/7797715843_le-siege-de-renault-a-boulogne-billancourt.jpg