2 min de lecture Économie

Banques : la Société générale va supprimer 2.135 postes

Le Société générale va supprimer 2.135 postes dans le cadre d'un plan de rupture conventionnelle collective. La banque doit évoluer et se moderniser et se tourne vers des nouveaux profils plus techniques.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Banques : la Société générale va supprimer 2.135 postes Crédit Image : BEN STANSALL / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et La rédaction numérique de RTL

La Société générale a officialisé hier la suppression de 2.135 postes dans son réseau d’agences d’ici 2020. La nouveauté c’est que ce dossier social s’inscrit dans un schéma de rupture conventionnelle collective. Par son importance et la signature de l’enseigne, ce plan de rupture conventionnelle collective est de première importance et va être examiné sous toutes ses coutures. 

Techniquement, il se raccroche à la philosophie du texte des ordonnances : c’est un accord d’accompagnement social pour la transformation de l'entreprise. Cette novlangue bureaucratique habille une réelle mutation : toutes les banques de réseau sont confrontées à deux mouvements qui convergent. D'une part, les clients ne se déplacent plus dans les agences pour les opérations ordinaires. Elles font aussi face à l’explosion des banques en ligne dont les frais plus mesurés drainent les clientèles jeunes, urbaines et les revenus les plus élevés. Pour ce secteur il s’agit d’une profonde révolution industrielle et commerciale.

Ce plan englobe 1.200 départs en retraite. C’est significatif d’un passage de témoin. Si l’accord est respecté, cette rupture conventionnelle collective devrait aussi déboucher sur le recrutement de 2.000 nouveaux collaborateurs. Mais leur profil n’aura pas grand chose à voir avec celui du banquier traditionnel. La Société générale va plutôt rechercher des spécialistes de l’intelligence artificielle, des réseaux informatiques, de la cybersécurité ou du conseil sophistiqué en patrimoine ou en entreprise, pas des guichetiers.

Les syndicats, qui ont signé l'accord, connaissent parfaitement leur univers professionnel et sont ouverts à l’anticipation des mutations en cours. Avec la Société générale s’ouvre un dossier emblématique. On constate qu’une majorité syndicale composée de la CFTC, de la CGC et de la CGT a donné son feu vert. Seule la CFDT n’a pas signé. Elle considère que le chapitre volontariat de cet accord est un leurre. Il est trop tôt pour en juger. Mais c'est un point clé. Si tel était le cas, le boomerang risque de revenir très violemment et plomber les futures ruptures conventionnelles collectives.

Les plus

À lire aussi
Un supermarché (illustration) environnement
Lutte contre le gaspillage alimentaire : bientôt des "happy hours" dans les supermarchés ?

- General Electrics va lancer en France l’éolienne en mer la plus puissante au monde. 50% plus performante que ses concurrentes. Reste à l'implanter.

- Technicolor cède à un groupe américain l’exploitation de ses brevets. Le français fait partie des champions mondiaux des technologies vidéo.

La note du jour

14/20 à Mounir Mahjoubi. Le secrétaire d'Etat au numérique lance demarches-simplifiees.fr, un site qui devrait faciliter nos relations avec l'administration grâce à un tableau de bord qui regroupera nos démarches et qui nous désignera un interlocuteur par service.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Société générale Suppression d'emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants