3 min de lecture Chambéry

Chambéry : "C'est ma fille aînée qui me fait tenir", dit le père d'un nourrisson décédé

INVITÉ RTL - Le père de la petite Millie, morte cinq jours après sa naissance au CHU de Chambéry, espère que l'enquête permettra d'établir les responsabilités le plus rapidement possible.

La maternité de Chambéry, le 4 janvier 2014.
La maternité de Chambéry, le 4 janvier 2014. Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Sa fille est décédée cinq jours après sa naissance. Le 12 décembre dernier, la petite Millie perdait la vie au CHU de Chambéry. Le nourrisson était hospitalisé en néonatalogie pour une insuffisance respiratoire aux côtés de Théo et Chloé, deux prématurés. Tous les trois ont été nourris par les fameuses proches de nutrition fabriquées par le laboratoire Marette, contaminées par un germe rare.

Presque un mois après les faits, le père de Millie, Antoine, 41 ans, admet avoir connu "une journée difficile", mardi 7 janvier. "Millie aurait dû avoir 1 mois", explique l'homme au micro de RTL. "Mais on a la chance et le bonheur d'avoir une fille aînée qui, dès le lendemain du décès de Millie, nous a donné un coup de pied pour remonter à la surface. C'est elle qui nous fait tenir."

Des questions en suspens

Mais cette journée a également marqué la mise en marche de la machine judiciaire. La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la suspension de la production du laboratoire Marette, ainsi que la mise en quarantaine des poches stockées dans ses locaux et de tous les produits du laboratoire encore présents dans les établissements hospitaliers. Une bonne décision, selon Antoine, qui a "l'impression que les choses sont lancées et que tout le monde a pris la mesure de ce qu'il s'est passé."

Je me demande comment ça s'est passé après le premier décès le 1er décembre

Antoine, père de la petite Millie
Partager la citation

Pour autant, le père de famille ne veut pas incriminer le laboratoire avant de connaître les résultats de l'enquête. "Ce qui interpelle, c'est que ces poches d'alimentation ont été distribuées dans huit hôpitaux et, a priori, il n'y a qu'à Chambéry qu'il y a eu des décès. Donc peut-être que le laboratoire est responsable mais la suite de l'enquête doit déterminer s'il doit porter seul toute la responsabilité", indique-t-il.

À lire aussi
Une voiture passe devant un radar (illustration) faits divers
Savoie : au volant à 12 ans, il provoque deux accidents en deux jours

"À titre personnel, je ne veux pas engager les autres parents là-dessus, je me demande comment ça s'est passé après le premier décès le 1er décembre", poursuit Antoine. "Pourquoi il n'existe pas un protocole qui leur dit : 'Il y a un décès dû à une infection, vous devez systématiquement tout analyser dans l'environnement du bébé décédé' ?", s'interroge-t-il.

Le système de santé français en question

Le procureur de Marseille a ouvert une information judiciaire pour "homicides et blessures involontaires", "mise en danger délibérée de la vie d'autrui" et "fabrication de médicaments sans respecter les bonnes pratiques". Dans le cadre de cette enquête, les juges d'instruction vont aller à la rencontre des familles des victimes.

C'est difficile à accepter dans un pays qui revendique un système de santé parmi les plus efficaces au monde

Antoine, père de la petite Millie
Partager la citation

"C'est la moindre des choses qu'on puisse avoir un contact direct avec les personnes en charge de l'enquête. Surtout qu'on puisse établir un lien sans qu'on n'ait besoin de se déplacer à Marseille tous les jours", estime-t-il.

"On espère que la justice va pouvoir faire son travail et établir la vérité. La finalité de tout ça, c'est que ça ne doit jamais se reproduire", assure-t-il. "Il a fallu qu'un quatrième nourrisson manque de décéder pour qu'on se rende compte de ce qu'il s'est passé. C'est difficile à accepter dans un pays qui revendique un système de santé parmi les plus efficaces au monde", lâche-t-il.

>
Chambéry : "C'est ma fille aînée qui me fait tenir", dit le père d'un nourrisson décédé Crédit Image : rtl | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chambéry Faits divers Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants