2 min de lecture Santé

Migraine ou céphalée de tension ? Michel Cymes vous dit comment les différencier

ÉDITO - Il n'y a pas un mal de tête, mais des maux de tête. Et plusieurs manières de soigner ces douleurs.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Migraine ou céphalée de tension ? Michel Cymes vous dit comment les différencier Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

Que celui qui n'a jamais eu mal à la tête une fois dans sa vie lève le doigt ! Ce sujet nous concerne tous, mais sous des formes différentes. Il n'y a pas un mal de tête, mais des maux de tête. Il y a, par exemple, les céphalées de tension et les migraines. Les reconnaître n'est pas si compliqué que cela. Si la douleur est globale, plutôt modérée, supportable au sens où vous pouvez poursuivre vos activités même si votre concentration se relâche, vous souffrez probablement d'une céphalée de tension. Ce sont vos muscles qui se contractent. Il suffit souvent de peu de choses pour faire redescendre la tension : dormir, s'aérer, s'hydrater, et manger si on a faim.

Si la douleur est localisée d'un côté de la tête, que vous avez l'impression  qu'un petit bonhomme est à l'intérieur et n'arrête pas de taper pour sortir, ou encore que votre crâne pulse un peu comme si vous aviez un haut-parleur à la place de la tête, c'est peut-être une migraine. A fortiori si la douleur s'accompagne de nausée et que vous ne supportez plus la lumière.

Notez que la migraine aura tendance à se manifester quand vous êtes en phase de décompression (genre le week-end), alors que les céphalées de tension vous prennent la tête (c'est le cas de le dire) quand vous êtes débordé.

Gare à votre hygiène de vie

Ces deux maux se soignent-ils différemment ? Oui dans la mesure où on a tendance, dès qu'on a mal, à se ruer sur les médicaments classiques (aspirine, paracétamol). Autre différence avec une migraine : il faut éviter de faire du sport. Cela ne fait que compliquer les choses. Cela dit, ce n'est pas la première chose que les migraineux ont envie de faire en cas de crise. Dans le cas des céphalées de tension, le fait de bouger un peu n'aggrave pas la douleur.

À lire aussi
Circulation un jour de pic de pollution (illustration) pollution
Pollution : la qualité de l'air s'améliore mais reste dangereuse

Il y a, en revanche, une manière commune d'anticiper les choses : réfléchir à son hygiène de vie. Cela marche aussi bien pour la migraine que pour les céphalées. Attention à l'hypertension, à la fatigue oculaire (toujours présente quand on passe sa vie devant un ordinateur), à l'abus d'alcool et de tabac. Gare aussi au stress et au sommeil de mauvaise qualité. Tout cela favorise les maux de tête.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Vidéo
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants