2 min de lecture Société

Michel Cymes vous dit comment bien stopper un saignement de nez

Si une épistaxis (hémorragie extériorisée par les fosses nasales) peut impressionner, elle n'est en général pas grave. Pour la stopper, le médecin Michel Cymes vous conseille de rester calme et d'adopter les bons gestes.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes vous dit comment bien stopper un saignement de nez Crédit Image : Romain Boé / SIPA / RTL | Crédit Média : RTLNet | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

Le saignement de nez, c'est le plus souvent quelque chose de banal, sans gravité. Le paradoxe, c'est que quand ça survient il arrive qu'on assiste à des scènes de panique pas possibles et objectivement injustifiées.

Je sais bien que le sang impressionne, que la vue du sang en rebute plus d'un et que quand ça se met à couler on a l'impression que ça ne va jamais s'arrêter. Mais la meilleure manière de gérer un incident de ce type est de garder son calme et d'agir posément.

Cela se joue en deux temps. Primo, vous commencez par vous pincer le nez avec deux doigts (le pouce et l'index). Pas la peine de jouer les contorsionnistes en se penchant en avant ou en arrière : cela ne sert à rien.

L'idée est d'appuyer sur le vaisseau qui saigne en comprimant les narines. Si vous êtes bien sur le vaisseau en cause, ça ne saigne plus. Ni devant, ni derrière. Si ça coule encore dans la gorge, c'est que vous n'êtes pas dessus. Vous déplacez alors vos doigts jusqu'à ce que ça s'arrête.

À lire aussi
Des boules de loto (illustration). française des jeux
Loto : les résultats du tirage du mercredi 20 novembre

Secundo, vous ne bougez plus. Vous restez comme çà avec le nez entre vos doigts pendant dix minutes montre en main. C'est le temps nécessaire à la coagulation, pour que le saignement s'arrête définitivement. Sauf bien sûr si vous suivez un traitement anticoagulant.

Pas la peine de jouer les contorsionnistes en se penchant en avant ou en arrière

Michel Cymes
Partager la citation

Le nez est particulièrement riche en vaisseaux sanguins. Si vous avez la curiosité d'inspecter le morceau de cartilage qui sépare vos fosses nasales (ce qui n'est pas très facile !), vous verrez tout un tas de petits vaisseaux.

Ils sont fragiles. Ils se rejoignent dans un endroit précis - celui sur lequel vous allez justement appuyer -, qu'on appelle la "tache vasculaire". Il suffit d'un petit coup d'hypertension ou d'un coup de chaud, ou de s'être un peu trop gratté, pour provoquer le saignement.

Le saignement est exceptionnel ? Il y a eu un épisode, il s'est arrêté, vous laissez comme cela, le caillot tombera tout seul, et surtout vous ne grattez pas. Vous pouvez mettre une pommade spéciale vendue en pharmacie, mais toujours délicatement.

Si ce saignement est fréquent, il faut consulter un ORL. Il vous fera peut-être une cautérisation de ce vaisseau. En gros, on vous le brûle soit électriquement, soit avec un liquide. Ça sent un peu le cochon grillé, mais ça ne fait pas très mal.

Un dernier mot : le saignement de nez en médecine, ça s'appelle une épistaxis. Même si ça fait neuf lettres, au Scrabble ça peut servir !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Corps Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants