1 min de lecture Coronavirus États-Unis

Les hommes portent-ils moins le masque ?

Aux États-Unis, un mouvement sur les réseaux sociaux appelle les hommes à adopter davantage le port du masque.

Un homme portant un masque à Johannesburg (Afrique du Sud), le 10 mai 2020
Un homme portant un masque à Johannesburg (Afrique du Sud), le 10 mai 2020 Crédit : WIKUS DE WET / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

"#RealMenWearMasks" : c'est de cet étrange mot-dièse que Liz Cheney, élue républicaine du Wyoming et fille de l'ancien vice-président Dick Cheney, a accompagné une photo de son père, chapeau de cowboy cloué sur la tête et masque chirurgicale collé au visage.

Aux États-Unis, convaincre certains hommes de porter un masque, afin de réduire la propagation du nouveau coronavirus, s'avère plus compliqué que prévu. Dans un sondage paru au mois de mai, Gallup indiquait déjà que les hommes étaient moins disposés que les femmes à revêtir cette protection sanitaire. Une étude américano-britannique menée par l'université de Middlesex indiquait aussi que les hommes avaient plus tendance à être d'accord avec les affirmations "porter un masque n'est pas cool", "porter un masque est humiliant" ou "porter un masque est un signe de faiblesse."

Des masques "élégants, cool et même masculins"

Le port du masque s'est depuis répandu, mais une division genrée persiste. Dans un sondage Ipsos paru fin juin, 93% des femmes américaines affirmaient avoir porté un masque dans la dernière semaine, contre 84% d'hommes. Dans le New York Times, Catherine Sanderson, professeure de psychologie à Amherst College expliquait ce phénomène par une tendance générale des hommes à adopter des comportements dangereux pour leur santé. "Les hommes font plus d'excès de vitesse. Les hommes font plus de beuveries. Les hommes ont moins tendance à porter une ceinture de sécurité."

Cette étrange tendance amène certains à appeler à présenter davantage le port du masque comme quelque chose de virile. Dans The Atlantic, une épidémiologiste d'Harvard affirmait qu'il était important de créer des protections qui "permettent aux gens de se sentir élégants, cool et même masculins." Même son de cloche pour Valerio Capraro, un des auteurs de l'étude de l'université de Middlesex, qui se demande dans le Los Angeles Times si des masques reprenant des logos d'équipes sportives n'inciteraient pas à un port plus généralisé. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus États-Unis États-Unis Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants