1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Don d'organes : 24.000 patients sont sur liste d'attente
1 min de lecture

Don d'organes : 24.000 patients sont sur liste d'attente

Ce jeudi 21 octobre, on apprenait qu'aux États-Unis un rein de porc avait été greffé sur un humain. Une expérience réalisée sur un patient en état de mort cérébrale qui s'est avérée être concluante.

Une greffe de rein aux États-Unis.
Une greffe de rein aux États-Unis.
Crédit : BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Don d'organes : 24.000 patients sont sur liste d'attente
02:18
Don d'organes : 24.000 patients sont sur liste d'attente
02:18
Odile Pouget - édité par Charlotte Diry

Si de telles greffes sont réalisées, c'est parce qu'il y a de plus en plus de besoins. Le nombre de greffes a doublé en 25 ans mais, dans le même temps, le nombre de patients en demande a été multiplié par 4. Près de 24.000 patients sont inscrits sur liste d'attente  et moins de 6.000 greffes sont réalisées chaque année. 

L'objectif des 7.800 transplantations fixé par le plan greffe pour 2021 est donc bien loin. Par conséquent, selon l'association France Transplant, entre 500 et 600 patients meurent chaque année faute de greffons.

Quel est le délais d'attente quand on attend une greffe ?

Actuellement, le temps d'attente lorsqu'on attend un greffe est extrêmement variable. Il peut dépendre de cas ou encore des organes. Trouver un donneur compatible, se compte en semaines en mois ou même en années dans certains cas. 

Les enfants sont prioritaires, tout comme les malades dont la vie est menacée à très court terme. Pour une greffe de foie par exemple, il faut compter environ 5 mois. Pour un cœur, c'est moins d'un an. Pour une greffe de reins, il faut compter entre un et 5 ans.

Une situation due à un déficit d'organes collectés

À écouter aussi

Cette situation est due à plusieurs facteurs. Dans un premier temps, à un déficit des organes collectés. Les progrès de la médecine ou de la sécurité routière, par exemple font  que les donneurs décèdent d'accident vasculaires cérébraux ou d'accidents de la route, sont beaucoup moins nombreux. 

Le taux refus de prélèvement de la part des familles, lui, ne bouge pas depuis des années et reste à 30%. Alors que la loi prévoit que nous sommes tous présumés donneurs, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d'être prélevé. 

Le dernier facteur est le manque de moyens financiers et humains dans les services de transplantation. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/