3 min de lecture Santé

Don d'organes : le don croisé peut faire des miracles

REPLAY - Un couple a fait appel au don croisé, pratique autorisée en France, pour obtenir un rein pour Christine, qui souffre d'une insuffisance rénale terminale.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Don d'organes : le don croisé peut faire des miracles Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Un mot ce matin, le don. Et d'abord l'histoire étonnante et très touchante, celle de Christine et Alain, un couple de retraités de l'Orne, mariés depuis 40 ans. Pour eux tout va bien, jusqu'au début de l'année 2016. Christine est alors soudainement très fatiguée, elle va chez le médecin, et là le verdict tombe : elle souffre d'une insuffisance rénale terminale. En clair, ses jours sont comptés. Elle est alors inscrite sur la liste des demandeurs de greffe rénale. Problème, il faut attendre 18 mois en moyenne. Il faut dire que la liste est longue, 10.000 patients attendent un rein.

Son mari Alain propose alors de lui donner un rein. Alain remplit tous les critères sauf le dernier : la greffe est impossible, elle risque d'échouer. Le médecin de Christine leur propose alors une solution : un rein avec un autre couple. Échanger un rein avec un autre couple, j'en vois déjà bondir, crier au trafic d'organe. Mais non, détrompez-vous, c'est tout à fait possible, et surtout tout à fait légal, comme nous l'explique ce matin Ouest-France. C'est ce qu'on appelle le don croisé. Il est autorisé en France depuis 2011 et la loi de  bioéthique, mais pratiqué seulement depuis trois ans, depuis 2014.

Le don croisé est légal en France

Comment ça marche ? Et bien c'est assez simple : lorsque la greffe n'est pas possible entre un receveur et son donneur volontaire, comme pour Christine et Alain, le don croisé permet de réunir deux couples receveur-donneur compatibles. Le donneur du couple A donne son rein au receveur du couple B et vice-versa. L'échange est anonyme et altruiste.
"Les couples incompatibles sont recensés dans une base de données gérée par l'agence de biomédecine", précise la docteure Valérie Chatelet qui suit Christine.

À lire aussi
La cigarette est toujours à l'origine d'un décès sur huit en France santé
Journée sans tabac : patchs, thérapies, applis... Les conseils pour arrêter de fumer

Trois fois par an, l'agence procède à un cycle d'appariement pour identifier les combinaisons possibles. Les élus sont rares, la base de données est en effet encore réduite, parce que le principe méconnu. Ce don croisé a en tout cas sauvé la vie de Christine. Elle qui vivait avec un cathéter en permanence sur le cou et devait se rendre trois fois par semaine à l'hôpital pour de longues séances de dialyse. "Je ne sais pas si j'aurais pu attendre longtemps un donneur décédé", raconte-t-elle.

Il n'y a pas un jour sans que je pense à la mort

Éric-Emmanuel Schmitt
Partager la citation

Donner, s'engager pour les autres, ils sont des millions en France à le faire, au travers d'associations notamment. Un magazine leur est désormais consacré. Ce magazine s'appelle Aider. On ne peut pas faire plus simple. Le numéro 2 sort cette semaine. Alors qu'y a-t-il à l'intérieur ? Une très belle interview d'abord d'Éric-Emmanuel Schmitt, amoureux de la vie et des mots, réflexion sur l'autre, le bonheur. "Il n'y a pas un jour sans que je pense à la mort", dit l'écrivain, citant une phrase de Mozart écrite à son père. Et Éric-Emmanuel Schmitt d'ajouter : "On n'habite jamais mieux l'univers avec attention, douceur et respect que lorsqu'on se sait fragile, c'est-à-dire mortel."

À lire aussi le portrait de Danièle. Pendant trois ans, elle a accueilli chez elle sa mère malade d'Alzheimer, avant finalement de se résoudre à la placer en maison de retraite. Trois ans de sacrifices à adapter la maison, à ne plus dormir que d'un œil, à voir celle qui avait le don de se mettre tout le monde dans la poche devenir détestable. Portrait d'une aidante, c'est comme ça qu'on appelle ces filles, ces fils, ces neveux ou nièces qui prennent en charge l'un des leurs, souvent faute de structures adaptées, ou faute de place. Ils sont  aujourd'hui 11 millions en France.

Alzheimer fait peur

Dans bien des cas, ce sont, comme Danièle, des malades d'Alzheimer dont ils s'occupent. Une maladie qui continue de faire peur, c'est ce que nous explique ce matin La Croix à l'occasion de la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer. Ce sera jeudi. Alzheimer, c'est même la deuxième maladie la plus crainte par les Français après le cancer. Et pourtant on connait tous ou presque quelqu'un qui en souffre. Un Français sur deux déclare avoir connu au moins un malade dans son entourage.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Santé Don d'organes Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790148472
Don d'organes : le don croisé peut faire des miracles
Don d'organes : le don croisé peut faire des miracles
REPLAY - Un couple a fait appel au don croisé, pratique autorisée en France, pour obtenir un rein pour Christine, qui souffre d'une insuffisance rénale terminale.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/don-d-organes-le-don-croise-peut-faire-des-miracles-7790148472
2017-09-19 09:55:09
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6s0VSpzy2TAKk0A2mcyXLA/330v220-2/online/image/2015/0415/7777373594_don-d-organes-illustration.jpg