1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : l'étude qui affirmait que les fumeurs étaient moins à risque dépubliée
2 min de lecture

Coronavirus : l'étude qui affirmait que les fumeurs étaient moins à risque dépubliée

FACT CHECKING - À l'été 2020, une étude avait indiqué que les fumeurs étaient protégés des formes graves de la Covid-19. Mais les résultats sont totalement remis en cause aujourd'hui.

Un homme allume une cigarette (illustration).
Un homme allume une cigarette (illustration).
Crédit : AFP / KHALED DESOUKI
Tabac et Covid-19 : les fumeurs moins à risque ? Une étude qui l'assurait a été dépubliée
02:47
Tabac et Covid-19 : les fumeurs moins à risque ? Une étude qui l'assurait a été dépubliée
02:47
Emilie Baujard

L'année dernière, une étude suggérait que les fumeurs avaient moins de risque d'attraper des formes graves du coronavirus. Cette étude vient d'être dépubliée. C'était pourtant une des plus grandes études sur le sujet : 89.000 fumeurs malades du Covid avaient été suivis. Et en juillet 2020, les résultats publiés dans une revue scientifique européenne laissaient entendre que les fumeurs étaient en quelque sorte protégés contre le Covid. Et puis il y avait surtout ce chiffre : les fumeurs ont 23% de risque en moins d'attraper le coronavirus que des non-fumeurs.
 
Tous les fumeurs autour de nous se sont bien vantés et nous ont bien charriés nous les non-fumeurs. Sauf que cette étude a été retirée, dépubliée, après des critiques sur la méthodologie mais surtout parce que deux des cinq auteurs à l'origine de cette étude ont en fait des liens financiers avec l'industrie du tabac.

Une étude française allait aussi dans le même sens. Cette étude avait été menée par la Pitié-Salpêtrière. Mais aujourd'hui, sa méthodologie est elle aussi remise en cause. Échantillon de patient trop petit avec beaucoup de personnels soignants dans l'étude et puis aucun patient en soins intensifs. Les résultats étaient forcément trompeurs, assurent aujourd'hui un panel de scientifiques. Et la France n'est pas le seul pays à s'être lancé dans ces recherches sur les fumeurs.

Le secteur du tabac en a bien profité

Mais alors comment expliquer toutes ces études et ces revirements ? C'est beaucoup lié au fait qu'on ne connaît toujours pas très bien ce coronavirus. Résultat, ces derniers mois, beaucoup d'études ont été publiées trop vite sans être vérifiées par un collège scientifique. Il faut donc redoubler de précaution dans l'interprétation des données.
 
En attendant, cela a bien profité aux industriels du tabac. Dans plusieurs pays, la consommation de tabac a légèrement augmenté.
 
Cela fait plus d'un an qu'on s'interroge sur l'impact du tabac sur le coronavirus. Des dizaines d'études, de publications scientifiques… Mais personne ne trouve les mêmes résultats. Pour certains, cela protège, pour d'autres, cela aggrave…

Les études sur l'aggravation des symptômes sont plus nombreuses

Mais avec le recul de ces derniers mois, on se rend quand même compte que les études qui penchent vers une aggravation des symptômes chez les fumeurs sont plus nombreuses que celles qui démontrent une certaine protection.
 
La très sérieuse revue Nature vient d'ailleurs de clore le débat : à l'heure actuelle, il n'y a aucune preuve scientifique qui permet d'affirmer que les fumeurs sont protégés du coronavirus. En revanche, plusieurs études montrent que les fumeurs ont plus de risque de développer des formes graves du Covid-19.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/