1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : "J'aurais voulu vous dire qu'il y a un espoir", regrette le Dr Sebbag
1 min de lecture

Coronavirus : "J'aurais voulu vous dire qu'il y a un espoir", regrette le Dr Sebbag

INVITE RTL - Le Dr Robert Sebbag, infectiologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, fait le point sur la recherche de traitements contre la Covid-19.

Le personnel médical de l’Institut hospitalier de l’IHU est à l’œuvre en laboratoire pour analyser des échantillons sur la présence éventuelle du COVID-19 le 26 février 2020 à Marseille.
Le personnel médical de l’Institut hospitalier de l’IHU est à l’œuvre en laboratoire pour analyser des échantillons sur la présence éventuelle du COVID-19 le 26 février 2020 à Marseille.
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Coronavirus : "J'aurais voulu vous dire qu'il y a un espoir", regrette le Dr Sebbag
03:35
Christelle Rebière - édité par Camille Guesdon

On parle peu ou pas de traitement possible contre la Covid-19. L'Allemagne vient de commander pour 400 millions d'euros d'un traitement prometteur, celui qui avait été administré à Donald Trump. Le Dr Robert Sebbag, infectiologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, fait le point au micro de RTL.

Le traitement en question en est aux essais cliniques, c'est un cocktail d'anticorps. Selon le Dr Robert Sebbag "le traitement pourrait régler définitivement le cas de ce virus. On en est malheureusement pas encore là". Il y a plusieurs pistes comme celle des anticorps monoclonaux, le traitement qui a été administré à Donald Trump et qui avait apparemment donné de bons résultats.

L'Allemagne a commandé pour 400 millions d'euros de ce traitement. "Ce produit n'est pas encore enregistré en Europe". Il faut savoir que c'est un traitement extrêmement coûteux car c'est environ 2.000 euros par traitement. L'infectiologue explique que les antirétroviraux ont été testés, mais sans succès.

"Il ne faut pas donner de faux espoirs"

La vitamine D est prescrite par les médecins en absence de soleil, mais rien ne prouve qu'elle jouerait un rôle selon le Dr Robert Sebbag. "Depuis hier, il y a une publication chez nos amis Québécois sur la colchicine. C'est un médicament qu'on connaît bien, qu'on prescrit dans les problèmes de goutte en particulier, c'est un anti-inflammatoire (...) il y aurait une logique d'utiliser ce produit, mais c'est préliminaire et il ne faut pas donner de faux espoirs".

À lire aussi

Selon l'infectiologue, le plus efficace en préventif et pour éviter les cas graves c'est la vaccination. "J'aurais tellement voulu vous dire qu'il y a un espoir majeur, mais ce n'est pas le cas, donc on continue à chercher", conclut l'infectiologue.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/