1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Christine & The Queens en interview : "J’étais le bras droit des stars du collège"
2 min de lecture

Christine & The Queens en interview : "J’étais le bras droit des stars du collège"

INTERVIEW - La chanteuse et auteure de “Saint-Claude” revient sur ses jeunes années.

Christine & The Queens en interview : "J'étais le bras droit des stars du collège"
Christine & The Queens en interview : "J'étais le bras droit des stars du collège"
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani

Christine & The Queens cartonne avec son premier album Chaleur Humaine, sorti au printemps dernier. La Nantaise de 26 ans propose une musique pop aux mélodies légères, mais aux textes engagés. Pour Girls, elle revient avec humour sur son adolescence studieuse et rêveuse, où elle se voyait déjà artiste. Avec quelques conseils à la clé pour se sentir mieux dans sa peau.

Qu’écoutais-tu quand tu étais plus jeune ?
J’ai été une grande fan de Björk quand j’étais au collège. Ça m’a créé quelques ennuis, car il fallait soit être skateur, soit hip-hop [rires].

Avais-tu déjà des activités artistiques ?
J’étais déjà intéressée par la scène, je faisais un peu de théâtre. J’écrivais beaucoup, j’avais un journal intime très rempli. Je n'étais pas franchement rejetée, ni franchement intégrée. J’ai très vite compris que ce qui m’intégrait dans la société était le fait que j’aimais écrire et être dans la création. On faisait appel à moi pour écrire des lettres d’amour. J’étais le bras droit des stars du collège ! J’étais assez studieuse, j’aimais les études. J’ai beaucoup lu, dès mon plus jeune âge.

Étais-tu plus mature que les jeunes de ton âge ?
Ce serait un peu présomptueux de dire ça. En tout cas, j’ai toujours eu hâte de grandir, d’avoir 30 ans. J’étais dans des fantasmes du style “plus tard, je serai un écrivain, metteur en scène”. J’étais déjà dans la projection, je n’étais pas très intéressée par le quotidien. J’ai toujours été rêveuse. J’étais un peu en décalage. Je me souviens me sentir obligée de faire certaines choses, pour ne pas être démasquée, mais je ne sais pas de quoi. D’être féministe, peut-être.

À lire aussi

Étais-tu mal dans ta peau ?
Il faut essayer d’être décontractée par rapport à des idéaux de beauté impossibles à atteindre. C’est con, mais je me suis longtemps culpabilisée, quand j’étais jeune, de ne pas être à la hauteur de ce que je voyais dans les magazines. Maintenant ça va, parce que j’ai atteint la maturité. Je suis une femme Sex & The City [rires]. Ça peut bouffer la vie, de ne pas se sentir assez jolie. Ma chanson Half Ladies parle un peu de ça. C’est pas grave d’être une “half-lady”, il faut juste trouver ta grâce personnelle.

Que conseilles-tu aux jeunes filles qui se sentent un peu en décalage ?
De se faire confiance, car c’est ce qui a pris du temps, pour moi. Les envies, je les ai toujours eues, la confiance, pas toujours. J’ai sauté le pas à un moment, car c’était vital de le faire. Un peu de confiance ne ruine rien, et permet de faire des choix plus tôt. J’ai une famille sympa, et je sais que dans d’autres, ça peut être difficile d’imposer un parcours artistique. Je pense qu’il faut le faire, si on sent que c’est une nécessité. Ça peut ronger, de faire d’autres choix.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire