1 min de lecture Faits divers

Bébés morts à Chambéry : les poches alimentaires viennent d'un labo français

Les poches de nutriment mises en cause dans la mort de trois nourrissons début décembre à l'hôpital de Chambéry viennent d'un laboratoire français, a déclaré le directeur du centre hospitalier.

La maternité de Chambéry, le 4 janvier 2014.
La maternité de Chambéry, le 4 janvier 2014. Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

C'est une histoire dramatique : trois nourrissons, dont deux prématurés, sont morts les 6, 7 et 12 décembre à la suite d'une dégradation brutale de leur état général. Un quatrième, qui présentait des symptômes identiques, a pu être sauvé in extremis.

En cause? Les poches de nutriment, qui viennent d'un laboratoire français, a déclaré le directeur du centre hospitalier samedi. "Je pense que oui", a répondu Guy-Pierre Martin, le directeur du centre hospitalier interrogé sur le fait de savoir si le laboratoire fabriquant les poches était français, au cours d'une conférence de presse.

Martin n'a en revanche pas voulu divulguer le nom du laboratoire, renvoyant aux autorités sanitaires. L'hôpital "assumera" si sa responsabilité est mise en cause dans cette affaire, a-t-il ajouté. "L'enquête est là aussi pour révéler ce genre de choses", a déclaré le directeur, affirmant que ce genre d'infection était inédit à sa connaissance. Le parquet de Chambéry a ouvert une enquête sur cette affaire de poches contaminées.

Deux autres bébés alimentés avec des poches du même lot

"Le quatrième enfant a manifesté les mêmes symptômes que les trois enfants précédents alors qu'il n'était pas dans le service de réanimation qui avait été fermé depuis quatre jours", a expliqué Guy-Pierre Martin. L'unité de réanimation néonatale de l'hôpital a en effet été fermée pendant une semaine, du 12 au 20 décembre, afin de désinfecter le service.

À lire aussi
Un commissariat de police (illustration) faits divers
Yvelines : en confinement, un étudiant d'HEC met fin à ses jours

"C'était un bébé qui allait plutôt bien et qui était dans le service de néonatologie. Immédiatement, voyant qu'il avait les mêmes symptômes, les médecins ont fait le rapprochement avec les poches", a-t-il ajouté. La poche alimentant ce bébé "nous a permis d'identifier un germe", a ajouté le directeur, sans préciser de quel type. En outre, "au moins deux autres bébés" avaient "été alimentés avec des poches du même lot" sans manifester de symptômes, a-t-il rappelé. "L'enquête nous dira s'il y a eu une contamination partielle du lot. C'est tout à fait envisageable théoriquement".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Info Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants