3 min de lecture Euro 2016

UEFA EURO 2016 : le but en or, cette règle qui a sacré la France et l'Allemagne

DANS LE RETRO - Le but en or, s'il est déjà intervenu en Coupe du monde, a eu la particularité de decider de l'attribution de deux titres à l'Euro.

David Trezeguet explosant de joie après son But en or en finale de l'Euro 2000
David Trezeguet explosant de joie après son But en or en finale de l'Euro 2000 Crédit : OLIVIER MORIN / AFP
102907340309617434926
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Parfois injuste, toujours décisif et restant en travers de la gorge de millions de supporters de football. Adoré en France et en Allemagne, exécré en Italie ou en République Tchèque, le but en or a eu une existence d'une petite dizaine d'années dans le football mais a réussi à entrer dans la légende, notamment celle de l'Euro dont il a servi à désigner le vainqueur deux fois consécutivement. D'Oliver Bierhoff à David Trezeguet, la "mort subite", qui n'a plus cours aujourd'hui dans les compétitions officielle, était aussi cruelle que des tirs au but, avec cet effet en plus de voir le destin d'une génération basculer en une seconde. 

Une règle qui a mis un allemand moyen sur le devant de la scène, qui a sanctifié un meneur de jeu français et canonisé un avant-centre remplaçant face à son pays d'adoption. Les fins à la fois cruelles et sublimes de ces matches ont marqué et restent inoubliables.

Quand le monde découvre Oliver Bierhoff

Tout débute en 1993 quand le board de la Fifa décide de tester le but en or dans des championnats mineurs ou espoirs, comme il en a l'habitude. Le but étant de limiter les prolongations ennuyeuses entre équipes qui décident (sans se concerter) de laisser filer les 30 minutes dans un ennui total afin d'en découdre aux tirs au but. Les grands débuts dans une grande compétition seront donc effectués pendant l'Euro 96 dans le pays du football, l'Angleterre. Si toute la compétition échappe à la règle, la France étant par exemple éliminée aux tirs au but face aux Tchèques, la "Mort subite" se ménage une entrée en fanfare en finale

À lire aussi
Pascal Praud Euro 2016
Euro 2016 : "Voilà un train qui est arrivé en avance", se félicite Pascal Praud

Entre le toujours favori allemand et l'énorme surprise tchèque qui succède à l'épopée danoise victorieuse 4 ans auparavant, les coéquipiers de Pavel Nedved croient tenir la coupe. Dans une finale fermée, Patrick Berger ouvre le score à l'heure de jeu sur penalty face au futur marseillais Andreas Köpke. Mais un quart d'heure plus tard, Oliver Bierhoff égalise. Le joueur de l'Udinese, remplaçant, vole la vedette à Jürgen Klinsmann et offre une prolongation à son équipe. Et au bout de 5 minutes, Bierhoff crucifie définitivement un peuple entier sur un tir en pivot. Kouba, le gardien adverse, fait une faute de main et le rêve tchèque prend fin. Le but en or, sublime et cruel, vient de frapper en plein cœur les fans de foot.

>
Germany v Czech Republic: EURO '96 final highlights

Zidane en patron, Trezeguet dans l'Histoire

Quatre ans plus tard, c'est la France qui devra user de cette règle pour aller chercher le sacre européen deux ans après avoir trôné sur le toit du monde. Après avoir souffert face à l'Espagne en quart, les Bleus voient arriver une grosse génération portugaise lors du dernier carré. Une rencontre qui commence mal avec un but de Nuno Gomes à la 19e minute. Pourtant Zidane livre alors son plus beau match sous le maillot (avec le Brésil en 2006), mais les Lusitaniens résistent. Heureusement, Henry égalise sur un centre d'Anelka. Prolongations, le prochain qui marque va en finale. Hélas pour le Portugal, Abel Xavier contre de la main un tir de Wiltord et Zidane se présente devant Victor Baia. Serein, le maestro prend à contre-pieds le gardien et envoie la France en finale. 

Comme en 1996, les supporters revivent l'arrêt soudain d'un match, sans temps réglementaire ni l'impatience (ou l'angoisse) d'attendre le coup de sifflet finale. Un scénario que semblent aimer les Bleus depuis le huitième de finale du Mondial 98. En finale, face à l'Italie, les hommes du capitaine Deschamps voient Marco Delvecchio crucifier Barthez à la 55e. La défense de Cesare Maldini verrouille et ne laisse pas les artistes s'exprimer. Zidane est muselé, Toldo multiplie les arrêts. Mais il en ratera un en ne mettant pas le pied sur la frappe croisée de Wiltord (90e+4). Prolongations. Effondrée, l'Italie doit se reprendre mais finira douchée par un buteur nourrit à son sein. David Trézéguet, joueur de la Juve, reprend d'une demi-volée le débordement de Robert Pires. La lucarne est nettoyée, le titre bascule vers la France. Le dernier but en or de l'histoire d'un Euro est donc l'oeuvre d'un Français.  

>
France-Italie : un titre en or
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Zinédine Zidane Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782676960
UEFA EURO 2016 : le but en or, cette règle qui a sacré la France et l'Allemagne
UEFA EURO 2016 : le but en or, cette règle qui a sacré la France et l'Allemagne
DANS LE RETRO - Le but en or, s'il est déjà intervenu en Coupe du monde, a eu la particularité de decider de l'attribution de deux titres à l'Euro.
http://www.rtl.fr/sport/football/euro-2016-le-but-en-or-cette-regle-qui-a-sacre-la-france-et-l-allemagne-7782676960
2016-06-27 10:00:00
http://media.rtl.fr/cache/uVFcpHBERc4kX11DaFKKDg/330v220-2/online/image/2016/0511/7783180427_david-trezeguet-explosant-de-joie-apres-son-but-en-or-en-finale-de-l-euro-2000.jpg