3 min de lecture Euro 2016

Euro 2016 : les 3 hypothèses qui pourraient expliquer les difficultés des Bleus

ÉCLAIRAGE - Mental, tactique, niveau... Didier Deschamps va devoir trouver la solution avant le quart de finale du 3 juillet.

Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps vendredi 10 juin au Stade de France
Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps vendredi 10 juin au Stade de France Crédit : Martin Meissner/AP/SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Quatre matches laborieux. Depuis le début de l'Euro, l'équipe de France a beau avoir permis à ses supporters de passer par toutes les émotions, elle affiche un niveau de jeu pour le moins inquiétant depuis le début de la compétition. Après avoir trois premiers matches de poule qui n'ont convaincu personne sur quoi que ce soit, outre le fait que Dimitri Payet soit un joueur clé, les Bleus ont bien failli être punis par une vaillante équipe d'Irlande. Il a fallu plusieurs changements et que le patron Antoine Griezmann prenne les choses en main pour ne pas subir une terrible désillusion.

Au bout du compte, il est possible d'identifier des défauts qui reviennent dans les différentes prestations de l'équipe de France. C'est ce qui pourrait expliquer les difficultés des Bleus et ce que Didier Deschamps va tenter de corriger d'ici le quart de finale, qui se joue dimanche 3 juillet.

1. Un problème mental ?

Sur les deux derniers rencontres, c'était flagrant. À l'entame de match, l'équipe a tendance a avoir beaucoup de mal. Puis au retour des vestiaires, les joueurs reviennent avec un niveau de jeu bien meilleur. Après France-Albanie (2-0), Adil Rami a ainsi reconnu que le problème était "peut-être mental". "On avait encore de l'appréhension dans le sens où on était très appliqué. (...) En seconde mi-temps, on est rentré avec plus de caractère, d'envie". À chaque fois, à la fin du match, les joueurs expliquent avoir eu un déclic pendant le quart d'heure de pause. "On s'est dit les choses à la mi-temps et on a été mieux ensuite", disait Blaise Matuidi le 19 juin.

À lire aussi
Pascal Praud Euro 2016
Euro 2016 : "Voilà un train qui est arrivé en avance", se félicite Pascal Praud
SERVICE

Rebelote face à l'Irlande, surtout après 45 premières minutes catastrophiques. De quoi agacer l'ancien capitaine Patrice Evra. "Dans le foot, il ne faut pas réagir. Il faut agir". Même son de cloche chez le double buteur Antoine Griezmann : "On s'est tous dit les choses, en fait. En gros, qu'il fallait se bouger le cul, qu'on montre qui on était. Si on en était là, avec ce résultat, on allait tous passer pour des cons".

Si de tels scénarios prouvent que les Bleus font preuve d'une belle force de caractère, ils peuvent toutefois remettre en question l'approche psychologique avant les matches. "Pour le prochain match, il faudra être là tout de suite", prévient Patrice Evra.

2. Un problème tactique ?

Le principal problème ne résiderait-il pas dans les consignes de Didier Deschamps ? Lors des quatre premiers matches disputés, le sélectionneur a dû à chaque fois revoir sa copie en plein match pour prendre l'avantage sur l'adversaire. Face à la Roumanie (2-0), l'entrée d'un attaquant supplémentaire a précédé le but salvateur de Dimitri Payet. Contre l'Albanie, le schéma en 4-2-3-1 a cédé sa place à la pause au 4-3-3 et au retour de Pogba, mis sur le banc au début. Enfin, face aux Irlandais (2-1), le replacement de Griezmann dans l'axe, à la mi-temps, a été l'une des clés pour se sortir du bourbier.

Pour la prochaine échéance, Didier Deschamps va donc devoir trouver une formule capable d'être opérationnelle dès le coup d'envoi. Un défi à relever en tenant compte des suspensions d'Adil Rami et N'Golo Kanté.

3. Des joueurs pas au niveau ?

Les soucis des Bleus sont-ils d'abord dus à leur niveau intrinsèque ? Pas toujours aidés par leur approche tactique et mentale, certains joueurs semblent tout de même avoir un coup de moins bien. C'est principalement le cas de Blaise Matuidi, assez loin de son meilleur niveau, affiché lors de la Coupe du monde 2014. En défense, Adil Rami n'inspire toujours pas une très grande confiance lorsque le ballon arrive dans les derniers mètres. Idem pour Patrice Evra, dont les retours défensifs laissent à désirer. Paul Pogba et Olivier Giroud semblent aussi un peu moins inspirés même si, à défaut de répondre présents sur 90 minutes, ils demeurent capables de faire la différence sur une seule action.

Euro 2016 : le tableau de la phase finale
Euro 2016 : le tableau de la phase finale Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783867416
Euro 2016 : les 3 hypothèses qui pourraient expliquer les difficultés des Bleus
Euro 2016 : les 3 hypothèses qui pourraient expliquer les difficultés des Bleus
ÉCLAIRAGE - Mental, tactique, niveau... Didier Deschamps va devoir trouver la solution avant le quart de finale du 3 juillet.
http://www.rtl.fr/sport/football/euro-2016-irlande-roumanie-suisse-albanie-les-3-hypotheses-qui-pourraient-expliquer-la-meforme-des-bleus-7783867416
2016-06-27 16:43:00
http://media.rtl.fr/cache/okKSN3qlP6fa9mHQFdmjWA/330v220-2/online/image/2016/0610/7783612734_le-selectionneur-des-bleus-didier-deschamps-vendredi-10-juin-au-stade-de-france.jpg